/regional/estduquebec/basstlaurent

Bas-Saint-Laurent: de l'aide psychologique pour les agriculteurs

Gilles Turmel | TVA Nouvelles

Le Bas-Saint-Laurent compte maintenant deux travailleuses de rang qui auront pour mandat de soutenir psychologiquement les agriculteurs. Une ressource qui arrive à point alors que la santé mentale est de plus en plus une préoccupation dans le monde agricole.

• À lire aussi: Son champ de laitue en ruine

• À lire aussi: Le temps sec donne des maux de tête aux agriculteurs

Il faut dire que la vie d'un agriculteur comporte son lot de stress comme les problèmes de sécheresse, de main-d'œuvre, de relève et d'isolement auxquels on doit maintenant aussi rajouter la COVID-19. C'est pourquoi de l'aide et du support psychologiques sont les bienvenus pour les agriculteurs.

Ça fait 17 ans maintenant que les travailleuses de rang font ce travail dans plusieurs régions du Québec. Le Bas-Saint-Laurent n'en comptait toujours pas. Elles sont maintenant deux, grâce à de l'aide financière du gouvernement du Québec annoncée jeudi pour l'organisme Au cœur des familles agricoles, de qui relèvent ces travailleuses de rang.

«Le producteur agricole qui appelle, qui prend le temps d'appeler, il ne veut pas qu'on lui dise: «écoute, tu vas avoir un rendez-vous dans trois semaines, un mercredi après-midi. Parce que ça se peut que dans trois semaines, il aura du foin à faire et il ne viendra pas», a expliqué Nathalie Roy, qui préside l'organisme Au cœur des familles agricoles.

«C'est un besoin essentiel pour nos producteurs et notre belle relève agricole. Ça fait sept ans qu'on attend et la conclusion se fait aujourd'hui», a indiqué de son côté Gilbert Marquis, qui est président de l'UPA du Bas-Saint-Laurent.

«Sur l'écran radar du ministère, il y a maintenant un point qui scintille puis c'est la particularité de la santé psychologique de nos agriculteurs», a dit le ministre québécois de l'Agriculture, André Lamontagne.

Les 2000 entreprises agricoles du Bas-Saint-Laurent et aussi les 10 000 producteurs forestiers de la région peuvent maintenant bénéficier de cette aide. Les deux nouvelles travailleuses de rang de la région sont sur le terrain dès maintenant. Pour l'ensemble du Québec, elles seront bientôt 13 à offrir du soutien directement chez les agriculteurs.

Dans la même catégorie