/news/culture

Dénoncé, Éric Lapointe nie «catégoriquement»

Cédric Bélanger | Journal de Montréal

ART-ANNIVERSAIRE-ERIC LAPOINTE

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Visé à son tour par une allégation d’agression sexuelle sur les réseaux sociaux, le chanteur Éric Lapointe «nie catégoriquement les gestes qui lui sont reprochés sur la page Facebook Hyènes en jupons».

Comme l’avait fait mercredi son ancien gérant et l'actuel chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, lui aussi accusé sur la même page d’une agression, le chanteur a invité «les personnes ayant subi des agressions à porter plainte à la police», dans un message publié sur sa page Facebook, jeudi matin.

La dénonciation est apparue en ligne tard mercredi soir et provient d’une femme qui dit avoir subi les assauts du chanteur lors du tournage d’un vidéoclip dans lequel elle avait été embauchée comme figurante, il y a une dizaine d’années.

Éric Lapointe, qui fait présentement face à des accusations criminelles de voies de fait en lien avec un épisode présumé de violence conjugale, a indiqué qu’il ne fera aucun autre commentaire.

Le chanteur avait abandonné son fauteuil de coach à l’émission La Voix, de même que ses nominations au Gala de l’ADISQ, lorsqu’il avait été mis en accusation, au mois d’octobre 2019.

Pour le moment, ni sa maison de disques Instinct Musique ni la boîte de relations publiques qui le représente n’ont réagi à la publication.