/news/coronavirus

Stéphanie Bédard sur La route des lacs

Raphaël Gendron-Martin | Journal de Montréal

C’est sur un ponton que Stéphanie Bédard interprète les chansons de son spectacle.

Photo courtoisie, Olivier Samson Arcand, OSA Images

C’est sur un ponton que Stéphanie Bédard interprète les chansons de son spectacle.

La pandémie donne lieu à des idées de spectacle très originales. Après les concerts sur le web et dans les ciné-parcs, place aux prestations sur l’eau ! Tout l’été, la chanteuse Stéphanie Bédard se produira en plein milieu des lacs, sur un quai flottant. 

Il y a quelques jours, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, Stéphanie Bédard a donné les deux premiers spectacles de La route des lacs. Le projet, né au début juin, suscite déjà un engouement à la grandeur du Québec.

« Je vais faire 15 à 20 dates cet été, dit-elle. Je vais monter jusqu’à Mont-Laurier. Il y aura aussi l’Abitibi, la Gaspésie, les Laurentides et Lanaudière. »

Accompagnée du guitariste Alexandre Bonneau, elle propose aux gens le spectacle de demandes spéciales, Jukebox, qu’elle promène depuis deux ans. Mais cette fois-ci, les musiciens sont au beau milieu d’un lac, sur un quai flottant.

« Le show se passe vraiment sur l’eau, dit Stéphanie. Les gens viennent avec leur embarcation. Ça peut être kayak, pédalo, canot, quai-ponton. Il y avait des Sea-Doo (motomarines) la semaine passée ! Les gens partent de chez eux et viennent nous retrouver. »

Distanciation

Avec la pandémie, ce concept de spectacle sur l’eau rejoint aussi les exigences de la santé publique. 

« Sur les lacs, c’est la réglementation de navigation de plaisance, dit Stéphanie. Ce n’est pas considéré comme un rassemblement. Il faut juste que les embarcations respectent le deux mètres de distance et qu’il n’y ait pas plus que 10 personnes de trois foyers différents par embarcation ».

Stéphanie Bédard.

Photo courtoisie, Olivier Samson Arcand, OSA Images

Stéphanie Bédard.

Les deux premiers spectacles de La route des lacs ont été très bien accueillis, dit la chanteuse. « L’organisatrice d’un spectacle privé qu’on a fait l’autre jour a reçu quatre appels de riverains après le show. Les gens capotent ! »

« Ce sont des rencontres, ajoute-t-elle. On parle avec les riverains avant le show. Tout le monde est en vacances. L’ambiance est très relaxe. Quand on commence après ça, il y a déjà quelque chose qui nous unit parce qu’on a partagé un temps ensemble. »

Le bord de l’eau

Stéphanie Bédard reprend sa tournée <em>Jukebox</em>.

Photo courtoisie, Olivier Samson Arcand, OSA Images

Stéphanie Bédard reprend sa tournée Jukebox.

C’est en cherchant une façon de ne pas quitter son bord de l’eau que Stéphanie a eu l’idée d’aller retrouver les lacs des autres.

« L’été, ça me fait tout le temps de quoi de partir de chez moi où je suis bien, dit la chanteuse. Dans la communauté des riverains, il y a souvent des parades de pontons, des feux d’artifice. La musique fait aussi généralement partie de ça. »

Pour cette première année, les spectacles sont privés ou offerts aux municipalités. « C’est souvent un riverain ou l’association du lac qui nous contacte, dit Stéphanie. Et il y a des petites tournées de municipalités qui s’organisent ». 

Des défis particuliers  

En proposant La route des lacs, Stéphanie Bédard fait face à certains défis particuliers :

– Avoir de l’électricité au milieu d’un lac n’est pas facile. « On a un technicien hors pair qui a travaillé pour le Cirque Éloize et qui nous a fait un ensemble de batteries dans un coffret étanche », dit Stéphanie.

– Il n’est pas possible de transporter le même quai-ponton d’un lac à l’autre. « Il y a des algues qu’on ne veut pas propager. On ne veut pas transporter une partie d’un écosystème à un autre. »

– Aux endroits où les embarcations à moteur sont interdites, le spectacle peut se tenir au milieu du lac sur une embarcation flottante. « Quand ce sont des lacs avec des embarcations à moteur, on doit rester sur un quai attaché à la berge, car ça bouge trop. »


Pour plus d’infos, on consulte le site laroutedeslacs.com.