/news/currentevents

Intervention policière dans un Tim Hortons pour refus de porter un masque

Anne-Sophie Roy | TVA Nouvelles

La première journée du port obligatoire du couvre-visage dans les lieux publics fermés au Québec ne s’est pas déroulée sans heurts, comme le montre une vidéo virale partagée près de 60 000 fois, samedi.

• À lire aussi: Port obligatoire : comment bien choisir et porter son masque?

• À lire aussi: Manifestation contre le port du masque: «Aujourd’hui, y’en a plus de pandémie»

Une citoyenne a capté l’intervention de policiers auprès d’un homme récalcitrant à l’idée de porter le masque dans le restaurant Tim Hortons situé au coin de l'avenue Papineau et de la rue Jarry, à Montréal.

Appelés sur les lieux vers 12 h 35 à la demande de la succursale, les policiers ont discuté pendant quelques minutes avec l’homme qui a refusé à plusieurs reprises de se plier à l'obligation de porter un couvre-visage.

Les policiers ont finalement tenté d’escorter le client à l’extérieur du commerce, voyant que ce dernier refusait d’obtempérer.

«L’homme a résisté à son expulsion (...) et a été libéré sous promesse de comparaître pour avoir nui au travail des policiers», a indiqué l’agente Véronique Comtois du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), en entrevue avec TVA Nouvelles.

Sur les réseaux sociaux, la publication s’est enflammée au cours de la journée. Plusieurs internautes se questionnent notamment sur la pertinence d’être intervenu physiquement pour faire respecter le port du masque.

La femme qui aurait filmé la scène s’oppose vivement au projet de loi 61 pour la relance de l’économie du Québec, comme en témoigne des photos et des publications à ce sujet sur sa page Facebook.

Cette dernière compare également la maladie à coronavirus à «une dictature sanitaire», d’après une photo partagée sur son fil.

D’autre part, il est possible d’apercevoir un troisième policier, sans couvre-visage, se joindre à deux agents en train d’immobiliser l’homme au sol. Plusieurs internautes montrent du doigt le fait que le policier ne porte pas de masque, soit la raison même de leur intervention.

Le SPVM n’a pas souhaité commenter davantage.