/news/tele

Deux sœurs, un duplex... et quelques tensions!

Marie-Josée R. Roy | Agence QMI

ART-DEUX-SOEURS-DUPLEX

Joël Lemay / Agence QMI

Même l’amour inconditionnel qui unit deux sœurs peut être mis à rude épreuve dans le chaos d’un chantier de rénovations! Parlez-en à Valérie et Andrée-Anne Chevalier, qui reconstruisent présentement un immeuble du Plateau-Mont-Royal pour habiter l’une au-dessus de l’autre.

Or, bonne nouvelle : les tensions familiales des Chevalier entre deux coups de marteau devraient donner de l’excellente télévision lorsque l’émission «Deux sœurs et un duplex» prendra l’antenne à CASA cet automne.

«La relation n’est pas en péril, mais il y a des hauts et des bas. C’est très demandant et c’est de l’adaptation en continu. Il y a un million de choses imprévues qui arrivent. Mais, notre force, c’est qu’on est capables de s’en parler et de trouver des solutions», a expliqué Andrée-Anne, alors que sa cadette et elle faisaient visiter le chantier de leur future demeure à quelques médias, la semaine dernière.

«Je défie quelqu’un qui a fait des rénos aussi intenses que les nôtres de n’avoir aucun accrochage ou sujet de mésentente, ajoute Valérie. C’est impossible, parce qu’on a tellement de décisions à prendre! C’est interminable...»

Côté imprévus, Valérie et Andrée-Anne ont été servies. Elles qui s’attendaient d’abord à n’apporter que quelques retouches au triplex érigé en 1910 qu’elles ont acquis l’automne dernier, ont finalement dû le démolir presque au complet en février pour pouvoir envisager le convertir en duplex et s’y installer.

Puis, la COVID-19 et ses exigences sanitaires sont venues s’en mêler, sans compter que le tandem a aussi rencontré quelques pépins avec la paperasse. Des écueils qu’on verra à l’écran, entre deux élaborations de plans, discussions avec les ouvriers et choix de matériaux.

Deux femmes fortes

Le public connaît Valérie Chevalier comme auteure et co-animatrice de l’émission jeunesse «Cochon dingue», entre autres, et découvrira Andrée-Anne, coprésidente chez Vigilance Santé. Les jeunes trentenaires, natives de Repentigny, sont suivies par les caméras depuis mai pour les besoins des dix épisodes de 30 minutes à venir de «Deux sœurs et un duplex».

Nos frangines ont des personnalités diamétralement opposées : Valérie est une artiste rêveuse, Andrée-Anne est très cartésienne. La première, mordue de décoration, aspire à se composer un décor léché, à l’ambiance européenne, digne de Pinterest ; la seconde, elle, pense plutôt en termes pratiques, question de faciliter son quotidien de maman d’une petite Kim Charlie de quatre ans et demi à l’énergie débordante. Valérie ne cède à aucun compromis quant à l’apparence des pièces de son appartement, tandis que son aînée tient davantage serrés les cordons de la bourse.

«On trouve des terrains d’entente. On est très complices et complémentaires. On va avoir une belle maison!» a glissé Valérie.

Chez Zone 3, qui produit la série, on promet que les petits mondes des deux filles seront bien mis de l’avant dans «Deux sœurs et un duplex». Le résultat empruntera aux codes du documentaire, avec des moments de confidences de type «journaux intimes». Des proches de Valérie et Andrée-Anne, dont la fillette de cette dernière, pourraient être de quelques scènes, particulièrement vers la fin, quand il sera temps de trinquer à la réussite des travaux! Les futures voisines espèrent emménager avant l’Halloween, dans le meilleur des scénarios.

«Ce n’est pas un "show" de filles, même s’il y a un petit côté "girly". C’est surtout deux femmes fortes qui passent à travers un solide projet de rénovations! Je suis fier de voir deux femmes s’investir dans un tel méga projet», a avancé Francis Laforest, producteur chez Zone 3.

On pourra voir «Deux sœurs et un duplex» sur la chaîne CASA cet automne.