/news/politics

Les élus fédéraux reconnaissent le courage des victimes d'inconduite sexuelle

Photo Simon Clark

Les élus fédéraux ont adopté mardi une motion visant à reconnaître que les victimes d’inconduite sexuelle «craignent, avec raison, de ne pas être crues» et qu’elles sont courageuses de dénoncer «avec les moyens qu’elles sont confortables d’utiliser».

Le texte, présenté en Chambre par le chef du Nouveau Parti démocratique, Jagmeet Singh, demande en outre au gouvernement de Justin Trudeau de mettre en place un comité d’experts s’inspirant de celui instauré par l’Assemblée nationale, au Québec.

Ce comité fédéral aurait pour mandat «d'adapter et de développer des mesures bénéficiant aux personnes victimes d'agressions sexuelles et de violence conjugale et leur redonnant confiance dans le système judiciaire et extrajudiciaire», peut-on lire dans la motion.

Par ailleurs, le texte vise à reconnaître que les victimes d’inconduite ou d’agression à caractère sexuel ont peur que les gestes qu’elles dénoncent soient banalisés ou qu’on les intimide.

Rappelons qu'une vague de dénonciations souffle sur le Québec et a visé plusieurs personnalités publiques, dont le chanteur Bernard Adamus, l'artiste Kevin Parent et le chef bloquiste Yves-François Blanchet. Les allégations ont été faites de façon anonyme et n'ont fait l'objet d'aucune preuve devant un tribunal.

M. Blanchet était présent en Chambre au moment du vote sur la motion de mardi, selon une porte-parole du parti. Lui, les huit autres députés bloquistes qui y étaient, et les élus des autres partis ont donc vraisemblablement voté en faveur de la motion, puisque le consentement unanime était requis.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.