/regional/quebec/chaudiereappalaches

Les petites Norah et Romy sont mortes de façon violente

La dépouille de Martin Carpentier a été retrouvée­­­ lundi soir dans un secteur boisé­­­ en bordure du rang Saint-Lazare, à Saint-Apollinaire.

Photo Agence QMI, Guy Martel

La dépouille de Martin Carpentier a été retrouvée­­­ lundi soir dans un secteur boisé­­­ en bordure du rang Saint-Lazare, à Saint-Apollinaire.

Les petites Norah et Romy ont perdu la vie de façon violente, a appris Le Journal, bien que le mystère persiste quant aux circonstances exactes de leur décès.

Selon les informations obtenues par Le Journal, Norah, 11 ans, et Romy, 6 ans, seraient décédées à la suite d’importantes blessures à la tête. Cet élément permet ainsi d’exclure la rumeur voulant que les deux sœurs aient pu rendre l’âme à cause de la chaleur et de la déshydratation.  

• À lire aussi: La maman des fillettes va vivre dans un énorme brouillard

• À lire aussi: Une plaque commémorative pour les deux fillettes à Lévis

• À lire aussi: Vibrant au revoir à Norah et Romy

Les fillettes présentaient plutôt des traumatismes crâniens «sévères». Ces derniers pourraient avoir été causés en partie ou en totalité lors de l’accident de voiture, mais aussi après celui-ci, avec l’aide d’un objet contondant. 

Photos courtoisie

Accident mystérieux

L’énigmatique accident de voiture, élément déclencheur de cette vaste enquête policière, revient ainsi au cœur de cette affaire. Le 8 juillet, vers 21 h 30, le véhicule du père des fillettes était retrouvé vide et endommagé sur la voie rapide de l’autoroute 20, en direction de Montréal.

Le véhicule de marque Volkswagen roulait pourtant en direction de Québec quand, pour une raison inconnue, il aurait traversé le terre-plein central à la hauteur de Saint-Apollinaire. La Sûreté du Québec privilégie la thèse selon laquelle Martin Carpentier, 44 ans, et ses enfants prenaient place dans l’auto lors de l’embardée.  

C’est donc dire qu’après l’impact, Carpentier aurait traversé à pied, avec les victimes, les deux voies de l’A20 en direction de Lévis, pour ensuite pénétrer dans le bois menant au rang Bois-Joly, une marche d’un peu plus d’un kilomètre. C’est entre ce rang et le rang Saint-Lazare Ouest que les petites victimes ont d’ailleurs été retrouvées, le 11 juillet dernier.

Questions sans réponses

Pourquoi avoir quitté l’habitacle de la voiture? Dans quel état se trouvaient les passagers à la suite de l’accident? Combien de temps s’est écoulé entre l’embardée et la mort des enfants? Entre le décès des fillettes et celui du fugitif, alors qu’environ 4 km séparent les deux endroits où les corps ont été retrouvés?

Ces questions – et bien d’autres – demeurent sans réponses et risquent de le rester en raison de la mort de Carpentier, dont le corps a été retrouvé lundi vers 19 h, dans un secteur boisé en bordure du rang Saint-Lazare, à l’extérieur du périmètre de 50 kilomètres carrés ratissé par les policiers.

Ce dénouement est survenu après 12 jours de recherches, et est la fin tragique de la plus longue alerte Amber du Québec. Ironie du sort, les funérailles des deux petites étaient célébrées ce jour-là.

Le fugitif se serait toutefois enlevé la vie il y a «quelques jours», à en croire l’état lamentable dans lequel la dépouille a été découverte. Difficile cependant de statuer du moment précis du décès, étant donné la chaleur et l’humidité qui ont frappé la région récemment.

Soupir de soulagement

La fin de cette chasse à l’homme a été accueillie avec un soupir de soulagement dans la population. Au lendemain de la découverte de Carpentier, Lorraine Martineau, voisine du lieu où le suicide se serait produit, est revenue pour la première fois à son chalet. «Ça me faisait pas mal peur», a-t-elle confié. 

La Sûreté du Québec doit tenir un point de presse à Montréal cet après-midi concernant cette affaire. L’organisation s’est refusée à tout commentaire, hier. 

Si vous avez besoin d’aide  

Ligne québécoise de prévention du suicide