/news/currentevents

Tuerie en Nouvelle-Écosse: un examen indépendant lancé

La tuerie de Nouvelle-Écosse qui a fait 22 victimes en avril dernier sera l’objet d’un examen indépendant conjoint, ont annoncé jeudi le gouvernement Trudeau et celui de la Nouvelle-Écosse.

• À lire aussi: Enquête publique réclamée après la tuerie en Nouvelle-Écosse

• À lire aussi: Tuerie en Nouvelle-Écosse: une trentaine de sénateurs réclament une enquête

L’annonce de cet examen réclamée par plusieurs survient à trois mois de ce qui est considéré comme la pire tuerie de l'histoire du Canada. Il ne s’agira toutefois pas d’une enquête publique comme le demandent notamment les familles endeuillées.

Les 18 et 19 avril, un homme de 51 ans, a fauché la vie de 22 personnes dans sa folie meurtrière, qui a débuté dans la petite communauté de Portapique, dans le centre de la province. Le prothésiste dentaire de formation a été abattu par la police plusieurs heures plus tard.

Cet examen sera mené par un comité composé de trois membres: Anne McLellan, Stewart McKelvey et Michael MacDonald qui le présidera. Un rapporté provisoire doit être produit en février 2021 et le rapport final, déposé en août 2021.

«Il nous donnera des recommandations pour qu’une telle tragédie ne se produise plus», a souligné le secrétaire parlementaire du ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Joël Lightbound.

Pour leur travail, qui s’inspirera «des principes de l’approche réparatrice», les trois membres du comité tiendront compte des causes, du contexte et des circonstances, mais aussi de l’intervention de la police et les mesures prises pour informer notamment le public.

Les deux gouvernements ont insisté pour dire que l’examen se penchera notamment sur le rôle de la violence fondée sur le sexe et de la violence conjugale ou encore l’accès aux armes à feu.

Dans la même catégorie