/news/coronavirus

Une protéine clé du coronavirus découverte

La mise au point d’une version modifiée d’une protéine clé du coronavirus pourrait permettre d’accélérer « dramatiquement » la production de vaccins contre la COVID-19.

La découverte d’un vaccin contre la COVID-19 n’est qu’une partie du défi que tente de relever l’humanité. Encore faudra-t-il le produire en quantités suffisantes et rapidement.

C’est précisément cette deuxième partie du problème qu’espèrent contribuer à résoudre des scientifiques de l’université du Texas à Austin, aux États-Unis.

Ces derniers ont mis au point une version améliorée d’un ingrédient important qui entre dans la composition de plusieurs vaccins présentement à l’étude.

Selon eux, cette avancée pourrait permettre d’atteindre « une production mondiale de vaccins beaucoup plus rapide et plus stable ».

Cela suppose qu’un ou plusieurs vaccins franchiront toutes les étapes de développement et que leur commercialisation sera approuvée.

Version améliorée 

L’ingrédient en question n’est autre qu’une protéine synthétique imitant un morceau du coronavirus SARS-CoV-2, qui a causé plus de 630 000 morts à l’échelle planétaire.

Plus spécifiquement, c’est une version modifiée et inoffensive de la protéine en forme de pointes qui se trouve à la surface du coronavirus et qui lui donne sa forme particulière. 

« En fonction du type de vaccin, cette version améliorée de la protéine pourrait soit réduire la taille de chaque dose, soit accélérer la production des vaccins », détaille, dans un communiqué, le professeur Jason McLellan.

« Dans les deux cas, cela voudrait dire que plus de patients pourraient avoir accès aux vaccins plus rapidement », poursuit-il.

On recense présentement 166 vaccins expérimentaux en développement, dont 25 sont testés sur des humains. Aucun n’est approuvé.

Bien que les approches soient nombreuses et diffèrent passablement, beaucoup fonctionnent selon le même principe, soit d’entraîner le corps humain à reconnaître cette protéine clé du coronavirus, pour le préparer à combattre une éventuelle infection.

10 fois plus 

Or, quand elle est exprimée dans des cellules humaines, la nouvelle version de la protéine développée par les scientifiques texans permet d’en produire une quantité jusqu’à dix fois supérieure en comparaison d’une version antérieure de la même protéine.

La dernière mouture serait aussi plus résistante à la chaleur, ce qui faciliterait le transport et l’entreposage d’éventuels vaccins. 

Ces résultats ont été dévoilés récemment dans le journal Science.

La version originale de cette protéine synthétique est déjà utilisée dans la fabrication des vaccins candidats présentement à l’étape des essais cliniques de deux sociétés pharmaceutiques américaines, Moderna et Novavax.

– Avec la collaboration de l’Agence QMI

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.