/news/homepage

Julien Lacroix largué par son agence

Sandra Godin | Journal de Québec et TVA Nouvelles

Julien Lacroix a été largué lundi matin par le Groupe Phaneuf, agence artistique qui gérait sa carrière, en raison d’allégations d’inconduites et d’agressions sexuelles à son endroit.

La page de l’artiste sur le site web de l’agence était inaccessible lundi matin. 

• À lire aussi: Julien Lacroix réagit aux allégations d'agressions et d'inconduites sexuelles

Benjamin Phaneuf, président du Groupe, a confirmé à TVA Nouvelles qu’il ne représentait plus l’humoriste de 27 ans depuis «la lecture de l’article du Devoir», a-t-il fait savoir par courriel.  

De plus, sur le site web de Télé-Québec, tous les épisodes de la saison 1 de la websérie éducative On parle de sexe, dans laquelle Julien Lacroix faisait des sketchs sur différents thèmes sexuels avec Rosalie Vaillancourt, ont disparu.  

Dans un article paru dans le quotidien Le Devoir, neuf femmes racontent avoir été victimes d’inconduites et d’agressions sexuelles de la part de Julien Lacroix. Elles parlent de l'importance de prendre la parole pour faire cesser ces comportements. 

L’article du Devoir fait état de relations sexuelles non consentantes, de baisers non consensuels et de gestes déplacés.  

L’humoriste de 27 ans a réagi et s’est défendu sur sa page Facebook tôt ce matin. 

«Je commence à être habitué aux ragots et aux potins dans ma courte carrière. Par contre, détruire le travail d'une vie? Dans un seul article? Où je n'ai même pas pu donner ma version des faits?», a écrit l’humoriste sur Facebook.

Julien Lacroix a également fait savoir qu’il prenait une pause de tous ses projets professionnels.  

«Entre temps, je n’ai pas le choix de prendre un moment de recul par rapport à tous les projets auxquels je suis associé, ainsi que de mon équipe de gérance et de production, puis de réfléchir aux recours qui s’offrent à moi dans ce contexte», a-t-il ajouté.