/news/currentevents

«Ma blonde n’était pas supposée mourir»

Le conjoint de la femme retrouvée sans vie à Drummondville lundi a décidé de prendre la parole à la demande de cette dernière pour dénoncer le manque d’aide auprès des personnes atteintes de problèmes de santé mentale.

• À lire aussi: Meurtre de sa voisine: «J’aurais peut-être pu la sauver»

• À lire aussi: Mort suspecte à Drummondville: la victime voulait de l’aide

«Je ne sais pas ce qui est arrivé, mais tout ce que je sais, c’est que ma blonde m’a dit: "si jamais il m’arrive quelque chose, s’il-vous plait, je veux que tu ailles voir les médias et que tu dises que je suis allée voir les policiers et que surtout, au niveau national, les familles ont besoin d’aide". Ma blonde n’était pas supposée mourir», a lancé Steve Girard en entrevue à TVA Nouvelles.

M. Girard affirme que sa conjointe s’était rendue au poste de police moins de 24 heures avant de perdre la vie dans des conditions nébuleuses.

Le fils de la victime, âgé de 33 ans, doit comparaitre mardi après-midi pour une accusation de meurtre.

«Quand elle a vu qu’il n’était vraiment plus contrôlable... Ça fait des années qu’elle veut qu’il ait des soins... Elle a été au poste de police (...) Elle était sur la panique, ça n’allait pas bien», a détaillé M. Girard.

«Elle m’a expliqué qu’elle était descendue parce que son fils avait installé une grosse plaque de bois sur le mur sur lequel il était en train de faire du tir au couteau. Elle lui a dit qu’il ne pouvait pas faire ça et là il s’est mis en hystérie, il est devenu fou, elle a eu peur.»

L’homme a répété à plusieurs reprises à quel point sa conjointe était «courageuse» et qu’elle avait voulu «bien faire» en se rendant au poste de police.

«Elle est partie, elle est allée au poste de police, elle a voulu avoir de l’aide. Ça aurait été mieux qu’elle soit chez eux, qu’elle appelle le 911 et qu’elle dise: "j’ai de la misère, venez voir mon fils, je suis en danger". Elle, elle a voulu bien faire. Elle est partie, elle avait peut-être peur de rester là, que la police arrive trop tard. Elle est partie, elle est allée voir les policiers.»

«C’était une personne enjouée, elle était fine, tout ce dont un homme peut rêver.»

Si vous avez besoin d’aide 

Tel-Aide

Telaide.org

514-935-1101