/news/politics

Ottawa consent finalement à une enquête publique sur la tuerie en Nouvelle-Écosse

Le gouvernement Trudeau a finalement consenti à déclencher une enquête publique complète sur la tuerie en Nouvelle-Écosse qui a fait 22 victimes en avril dernier.

• À lire aussi: Tuerie en Nouvelle-Écosse: un examen indépendant lancé

• À lire aussi: Tuerie de Portapique: le NPD réclame une enquête publique «complète»

• À lire aussi: Tuerie en Nouvelle-Écosse: une trentaine de sénateurs réclament une enquête

Après avoir annoncé il y a une semaine que ce drame ferait l’objet d’un examen indépendant conjoint, le ministre fédéral de la Sécurité publique, Bill Blair, a indiqué mardi que ce sera finalement une enquête publique. 

«Nous avons entendu les demandes des familles, des survivants, des représentants et des députés de la Nouvelle-Écosse pour plus de transparence», a-t-il indiqué dans une déclaration.

Ainsi, les trois membres du comité d’examen, Anne McLellan, Stewart McKelvey et Michael MacDonald, agiront maintenant comme commissaires. Ils pourront ainsi convoquer des témoins et les obliger à participer à l’enquête.

Des familles endeuillées et des sénateurs, notamment, réclamaient une telle mesure pour tenter de répondre aux différentes questions sur cet évènement.

Les 18 et 19 avril, un prothésiste dentaire de 51 ans a fauché la vie de 22 personnes dans sa folie meurtrière qui a débuté dans la petite communauté de Portapique, dans le centre de la province. L'homme a été abattu par la police plusieurs heures plus tard.

«Grâce à ces pouvoirs supplémentaires, nous espérons sincèrement que la terrible tragédie des 18 et 19 avril sera pleinement examinée et que tous les faits et preuves pertinents seront rendus publics, a ajouté le ministre Blair dans sa déclaration.

Dans la même catégorie