/news/currentevents

Déjà plus de noyades qu’au total en 2019

Roxane Trudel | Journal de Montréal

Noyade

Photo Fotolia

Le mois de juillet n’est pas encore terminé et déjà le Québec dénombre plus de décès sur des plans d’eau cette année qu’en 2019, avec un sombre bilan d’au moins 60 victimes.

À pareille date l’an dernier, on comptait 19 noyades de moins, selon une compilation de la Société de sauvetage.

• À lire aussi: Trop de morts dans les eaux du Québec

• À lire aussi: Une année particulièrement meurtrière

« Quand je lis chacune des histoires que les médias rapportent, j’arrive souvent à la même conclusion : ce décès lié à l’eau était évitable », a laissé tomber Raynald Hawkins, directeur général de la Société de sauvetage.

Jusqu’à maintenant, l’organisme a recensé au moins 60 décès, soit déjà deux de plus que le total de l’année 2019 complète.

Sans veste de flottaison  

La dernière noyade comptabilisée est celle d’un père de famille de 47 ans, qui a perdu la vie lundi soir dans le parc du Mont-Tremblant lors d’une randonnée en canot sur la rivière du Diable.

Pour une raison inconnue, Cornelius Solom Edwards s’est retrouvé sous l’eau, sans veste de flottaison.

Malheureusement, il ne savait pas nager, a souligné la Sûreté du Québec (SQ).

L’homme a été sorti des flots, mais les longues manœuvres de réanimation n’ont pas permis de le ramener à la vie.

« Cependant, le secteur de la rivière n’était pas creux, on parle de quatre pieds d’eau », a expliqué la sergente Éloïse Cossette, porte-parole à la SQ.

Les autorités étudient notamment la thèse du malaise.

Si les gens avaient porté leur veste de flottaison, ils auraient été récupérés rapidement, et certainement sauvés, a déploré Raynald Hawkins devant les nombreuses noyades qui s’accumulent depuis le début des vacances de la consutruction.

« Si l’excuse, c’est qu’on n’a pas l’intention d’aller par-dessus bord [...] rappelez-vous que quand on conduit en auto, même si on n’a pas l’intention d’avoir un accident, ça va faire la différence de porter sa ceinture », a-t-il illustré.

Et encore là, il faut la porter lorsqu’on l’apporte.

« Vous ne savez pas quand vous allez en avoir besoin », a conclu M. Hawkins.

- Avec la collaboration de Maude Ouellet