/news/coronavirus

COVID | Fausses informations et mépris des règles

Les médias sociaux sont un terreau fertile pour les prédateurs sexuels qui peuvent entrer en contact avec des enfants dans une franchise et une simplicité déconcertante.

© Courtoisie

Les Canadiens qui se renseignent davantage sur les médias sociaux sont plus exposés à de fausses informations concernant la COVID-19 et sont donc plus susceptibles de ne pas respecter les règles sanitaires, selon une récente étude de l’Université McGill.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

En examinant la plateforme Twitter, les chercheurs ont d’abord établi qu’il y circule bien davantage de faux renseignements sur la pandémie que dans les médias traditionnels. De plus, les médias traditionnels relaient davantage les recommandations sanitaires pour éviter la propagation du virus comme se laver les mains ou pratiquer la distance sociale.

Il existence donc une «grande différence entre la qualité de l’information partagée sur la COVID-19 sur Twitter et les médias traditionnels», ont écrit les scientifiques dans leur texte publié en juin dans la revue scientifique «Misinformation».

Par conséquent, ceux qui se renseignent davantage sur Twitter ont plus de chance d’adhérer à des informations qui sont erronées à propos de la COVID-19. «Il y a une forte association entre l’exposition aux médias sociaux et des perceptions fausses par rapport à la COVID-19», ont noté les chercheurs de McGill dans leur article.

Cette corrélation fait donc en sorte que les ceux qui sont davantage en contact avec des informations fausses vont moins suivre les recommandations sanitaires, comme la distanciation physique.

«De plus en plus, on constate que les fausses informations qui circulent dans les médias sociaux présentent un risque pour la santé publique», a affirmé Taylor Owen, coauteur de l’étude et professeur agrégé à l’École de politiques publiques Max Bell de l’Université McGill par communiqué, mercredi. Il est donc d’autant plus important pour les décisionnaires et les plateformes de médias sociaux d’aplatir la courbe des fausses informations.»

Les données pour cette étude ont été recueillies du 26 mars au 6 avril dernier en anglais.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.