/news/law

Perte de vision: action collective contre un médicament traitant de problème de vessie

Agence QMI

JOEL LEMAY / 24 HEURES / AGENCE QMI

Une demande d’action collective a été déposée contre le fabricant d’Elmiron parce que ce médicament approuvé pour traiter une maladie inflammatoire de la vessie est soupçonné d’entraîner des problèmes de visions. 

Elmiron est un médicament oral utilisé pour traiter la cystite interstitielle une maladie chronique de la vessie qui peut causer des douleurs vésicales, pelviennes et urinaires.

«Il est allégué que l'utilisation à long terme d'Elmiron (le polysulfate de pentosan) est liée à des problèmes de vision, en particulier à un nouveau trouble oculaire progressif touchant la partie de la rétine qui permet une vision très précise», a fait savoir mercredi le cabinet d’avocat Siskinds LLP.

C’est cette firme qui a déposé la demande en Ontario pour obtenir l'autorisation d'exercer une action collective au nom de tous les Canadiens. Une demande a aussi été déposée au Québec. Pour pouvoir aller de l'avant en justice, ces poursuites doivent d'abord obtenir le feu vert d'un tribunal.

«Elmiron est utilisé par des centaines de milliers de Canadiens dans la gestion de la cystite interstitielle, en majorité des femmes, a déclaré Me Jill McCartney de chez Siskinds LLP. Elmiron, qui est souvent utilisé à long terme, a été associé à une perte de vision permanente. Ces déficiences visuelles ont un impact important sur la qualité de vie des Canadiens qui ont subi ces blessures. »

Le cabinet allègue que les problèmes de visions oculaires allégués comprennent une vision floue, une mauvaise perception des couleurs, des difficultés à lire et des difficultés d'ajustement à la luminosité.

Il soutient que les «fabricants d'Elmiron n'ont pas correctement averti les utilisateurs et les professionnels de la santé que l'utilisation d'Elmiron augmente le risque de perte de vision».

Aux États-Unis des demandes similaires ont aussi été déposées. Dans un communiqué publié au début du mois, le cabinet américain Bronstein, Gewirtz & Grossman alléguait «qu'Elmiron, fabriqué par Janssen Pharmaceuticals, sous Johnson & Johnson, est au courant de la recherche liant Elmiron à la perte de vision depuis 2018, mais n'a pas averti les consommateurs des dangers».