/regional/montreal/montreal

Deux inspecteurs à la résidence Chartwell Bois-de-Boulogne

TVA Nouvelles

Deux inspecteurs devaient se rendre ce jeudi à la résidence privée pour aînés Chartwell Bois-de-Boulogne au lendemain de révélations d’employés à TVA Nouvelles.

• À lire aussi: Des employés dénoncent des conditions dangereuses dans une résidence pour aînés

La ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, a confirmé qu’un inspecteur du CIUSSS du Nord-de-l’île-de-Montréal et un inspecteur du ministère de la Santé et des Services sociaux devaient intervenir sur les lieux.

«On veut vraiment regarder ce qui ne fonctionne pas et s’il y a lieu de faire une enquête indépendante. Mais immédiatement on a dit que l’on n’acceptait pas ça», a-t-elle dit en entrevue à TVA Nouvelles.

Rappelons que plusieurs employés de cette résidence ont fait part de manquements graves dans les soins prodigués aux aînés et demandent une enquête indépendante, comme celle décidée à l’Auberge aux Trois Pignons à Beauport.

Par ailleurs, un délégué syndical a interpellé la ministre sur Twitter jeudi matin, indiquant que la direction aurait augmenté le nombre de préposés en prévision des inspections.

«Si c’est vrai qu’ils ont augmenté le nombre de personnel ce matin uniquement parce qu’ils savaient qu’un inspecteur y allait, on va découvrir le pot-aux-roses assez rapidement», a affirmé la ministre.

«Ce qu’on veut, c’est que les personnes hébergées dans les résidences privées pour aînés ou dans les CHSLD soient traitées correctement. Moi je n’accepte pas la négligence, je n’accepte pas la maltraitance.»

La ministre a profité de son entrevue pour redire que le gouvernement travaillait sur une nouvelle mouture de la certification des résidences privées pour aînés.

«On veut maintenant aller plus loin, on veut aussi maintenant s’occuper des soins qui sont accordés aux personnes âgées. C’est aussi important que de vérifier que le bâtiment est conforme pour accueillir des personnes vulnérables», a-t-elle révélé.

«Fausses allégations», redit Chartwell  

Chartwell a de nouveau réagi jeudi par voie de communiqué aux révélations faites par des employés à TVA Nouvelles.

«Les allégations faites anonymement hier (mercredi, NDLR) sont entièrement fausses et diffamatoires et nous avons débuté une enquête interne pour faire la lumière sur la situation. Nous sommes actuellement en négociation collective et voulons croire que le syndicat de nos employés n'orchestrerait pas de telles déclarations comme moyen de pression pour nous discréditer», a fait savoir l’organisme.

«Nous sommes très préoccupés par le fait que des déclarations mensongères créent des inquiétudes aux résidents et à leurs familles, sans aucun fondement. Nous déplorons que ces individus aient profité du désarroi de nos résidents en période de pandémie pour répandre ces faussetés. La résidence Chartwell Bois-de-Boulogne peut vous assurer que nous avons le personnel nécessaire pour offrir à nos résidents les soins et les services de qualité répondant à leurs besoins, y compris le nombre suffisant de préposés aux résidents en tout temps. Nous collaborons présentement avec le CIUSSS et la Santé publique pour aller au fond des choses et faire la lumière sur ces allégations.»

La porte-parole de Chartwell, Marie-France Lemay, a tenu par ailleurs a indiqué qu’il n’y avait «aucun cas de COVID-19 suspecté ou avéré» à la résidence Bois-de-Boulogne.

«Chartwell applique scrupuleusement tous les protocoles de prévention et de contrôle des infections, incluant les mesures renforcées pour la pandémie de COVID-19, pour le bien-être de ses résidents et de ses employés.»