/news/homepage

L'ex de Julien Lacroix publie un long témoignage

Sandra Godin | Le Journal de Montréal

Photo d'archives, AGENCE QMI

L’ancienne amoureuse de Julien Lacroix Geneviève Morin, qui a été en couple avec l'humoriste pendant six ans, a poursuivi son témoignage dans un texte poignant publié mercredi sur la plateforme Urbania

• À lire aussi: Julien Lacroix s'exprime à nouveau sur Facebook

• À lire aussi: «J’ai agi selon mes valeurs» - Rosalie Vaillancourt fait le point sur l’affaire Julien Lacroix

• À lire aussi: Julien Lacroix largué par son agence

• À lire aussi: Julien Lacroix réagit aux allégations d'agressions et d'inconduites sexuelles

Le Devoir a publié lundi le témoignage de neuf victimes présumées de Julien Lacroix qui lui reprochent des inconduites et agressions sexuelles. Parmi elles, son ex Geneviève Morin a raconté au quotidien une nuit de l’automne 2019 où Julien Lacroix est débarqué chez elle, huit mois après leur rupture. 

«Il m’a agressée sexuellement, a-t-elle affirmé. Je lui ai dit “non, arrête” et, malgré ça, il a continué. Je pleurais, mais il a fait ce qu’il avait à faire et quand il a eu terminé, il a remis ses pantalons et m’a dit “arrête de pleurer, tu ne sais pas à quel point je t’aime” et il est parti.» 

Mercredi, Geneviève Morin s'est prononcée de nouveau dans un long texte qui dresse un portrait plus détaillé de sa relation avec Julien Lacroix, qu’elle décrit comme celui qui a été «l’amour de [sa] vie», mais aussi son «pire ennemi». 

Elle évoque la violence physique et psychologique qu’elle aurait subie. «[...] comment oublier les "putes", les "connes" ou les "bitchs" qui débordaient de ta bouche vodkarisée, à 5h du matin? Comment oublier les pleurs retenus... nos longues conversations épuisantes et émotives sur ton problème d’alcool? Comment oublier ce soir où, emporté par la colère, tu en es venu aux coups?» 

Puis, Geneviève Morin a expliqué pourquoi elle était restée en couple avec lui si longtemps. «Les gens se demandent: comment a-t-elle fait pour rester pendant 6 ans? On le remarque dans leur regard. Je m’entête souvent à leur dire qu’il n’y a pas que des zones blanches ou noires», dit-elle.  

«Quand c’est notre meilleur ami qui nous fait du mal et quand c’est l’amant amoureux qui s’en veut, qu’est-ce qu’on peut faire? Qu’est-ce qu’on peut faire quand notre plus grand ennemi, c’est l’amour de notre vie?» questionne-t-elle ensuite. 

Appel à la réflexion

Tout au long de son texte, Geneviève Morin appelle à une réflexion sociale sur la vague de dénonciations qui déferle depuis deux semaines, qui démontre, selon elle, «qu’il y a un problème dans notre société».  

«Je me demande seulement ce que notre société va retirer de toute cette situation: ce qu’on va faire pour vraiment changer les choses. Parce que Julien est un des symptômes de cette maladie qui nous sclérose et je me demande... Comment va-t-on faire pour s’en guérir collectivement?» 

Elle poursuit en disant que dans ce contexte, il est «tout à fait normal qu’il [Julien Lacroix] perde ses privilèges. «Car oui, le succès, l’immense tribune et la notoriété, ce sont des privilèges, et non des droits», indique-t-elle.  

Avant de terminer en s’adressant à lui, elle affirme qu’elle n’est «pas prête à pardonner à quelqu’un qui n’a jamais voulu avouer ses torts, qui [l’a] manipulée et qui n’a jamais tenté réellement de changer ses comportements déviants».