/news/law

La Cour suprême entendra la cause de Mike Ward

Agence QMI

La Cour suprême accepte d'entendre la cause de l’humoriste Mike Ward qui ne veut pas verser 35 000 $ à Jérémy Gabriel pour avoir fait des blagues discriminatoires à son sujet.

Mike Ward pourra donc fait valoir ses arguments devant le plus haut tribunal du pays à une date ultérieure.

Mike Ward s’était moqué de Jérémy Gabriel lors de son spectacle «Mike Ward s’expose» présenté 230 fois de 2010 à 2013, malgré les demandes de l’adolescent pour que cessent les blagues le concernant.

Ward avait entre autres affirmé que «le petit Jérémy» était «laid» et qu’il était prétendument mourant, mais qu’il n’était «pas tuable». Il s’était aussi moqué d’une malformation physique du jeune chanteur atteint du syndrome de Treacher Collins ainsi que de son implant auditif.

Jérémy Gabriel et ses parents avaient porté plainte à la Commission des droits de la personne. En 2016, le tribunal avait finalement condamné Ward à verser 35 000 $ au jeune homme de Québec ainsi que 7000 $ à la mère de ce dernier.

En novembre dernier, la Cour d’appel avait toutefois décidé que la famille de Jérémy Gabriel n’aurait pas droit au montant de 7000 $.

Mike Ward avait alors réagi sur sa page Facebook en écrivant : «J’vous le dit tout de suite, j’aime mieux faire de la prison que de payer cette amende!» de 35 000 $.

Il aura maintenant la chance de convaincre la Cour suprême que cette décision le forçant à dédommager Jérémy Gabriel est injuste.

L’humoriste a toujours affirmé que le jugement rendu contre lui brimait sa liberté d’expression.

«Je trouve dégueulasse d’être ici pour avoir fait de l’humour noir, avait affirmé l’humoriste en sortant de la Cour d’appel à Montréal en janvier 2019. Qu’ils mangent de la marde!»

Ses avocats avaient fait valoir que Jérémy Gabriel était une personnalité publique et que la liberté d’expression doit être le plus large possible. Ils soutenaient qu'aucun sujet ne devrait être intouchable tant que cela se fait dans le cadre de l’humour.