/regional/montreal/laurentides

Un jardin zoologique montré du doigt pour malpropreté

Antoine Lacroix | Le Journal de Montréal

Le propriétaire et fondateur de l’Exotarium de Saint-Eustache, Hervé Maranda, reconnaît que le plafond et la toiture de son bâtiment sont à changer en entier.

Photo Pierre-Paul Poulin

Le propriétaire et fondateur de l’Exotarium de Saint-Eustache, Hervé Maranda, reconnaît que le plafond et la toiture de son bâtiment sont à changer en entier.

Le propriétaire d’un jardin zoologique des Basses-Laurentides, spécialisé en reptiles, se défend de maltraiter ses animaux, après une publication virale dénonçant l’insalubrité de l’endroit.

« Du fond de mon cœur, je pense qu’on traite bien nos animaux ici », a assuré jeudi Hervé Maranda, reconnaissant du même coup que son établissement nécessite d’importantes rénovations.

Mercredi, une citoyenne choquée après une visite à l’Exotarium de Saint-Eustache s’est tournée vers Facebook pour dénoncer l’« insalubrité incroyable » des lieux.

Sa publication, qui comporte plusieurs photos pour démontrer ses dires, a été partagée plus de 10 000 fois, jeudi soir.

« Ça n’a pas de bon sens ! Il faut que les autorités fassent quelque chose. Les animaux là-bas ne sont clairement pas bien, c’est tellement sale. Il y a de la moisissure au plafond. Il y a des fils électriques qui sont dangereux », a dénoncé Kathleen Lefebvre.

Devant le tollé et des plaintes, des agents de la Protection de la faune ont été dépêchés sur les lieux, jeudi, pour inspecter l’endroit, a constaté Le Journal.

Inspections

Les pompiers de Saint-Eustache s’y sont aussi rendus et ont fait des constats quant au filage électrique, selon M. Maranda.

Le propriétaire de l’Exotarium a reconnu que le bâtiment abritant environ 300 pensionnaires, comme des tortues, des serpents, des iguanes ou des caïmans, devait subir des rénovations.

« Ça me dérange depuis longtemps, je n’ai pas encore pu la faire changer, mais la toiture au complet est à refaire. Ça amène les problèmes d’infiltration d’eau et de moisissures en dedans », a expliqué Hervé Maranda, qui a fondé le jardin zoologique en 1990.

Il soutient qu’il fera les travaux nécessaires dès que possible, en plus de nettoyer toutes traces de moisissures.

M. Maranda a ajouté qu’il fera aussi les modifications exigées concernant ses installations électriques, une fois qu’il aura reçu le rapport des pompiers.

Animaux « en santé »

Toutefois, il jure que ses animaux sont traités de manière convenable et qu’ils sont « en santé ».

« Ils sont nourris une fois par jour, deux, si nécessaire. Les cages sont nettoyées matin et soir, certaines au courant de la journée. Mais c’est sûr que des animaux, ça se promène. C’est impossible que ce soit complètement propre en tout temps », a fait valoir le passionné de reptiles.

Le rapport d’un vétérinaire daté du 3 juillet dernier, dont Le Journal a eu copie, indique que « tout était conforme pour la biosécurité et le bien-être animal ».

« Ça vient me toucher énormément, les commentaires [négatifs sur Facebook] », a admis M. Maranda, l’air découragé.

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs n’a pas été en mesure de divulguer jeudi les conclusions de son inspection.