/news/politics

L’Ontario prend ses distances de We Charity

Agence QMI

Photo d'Archives, AFP

Le gouvernent Ford, en Ontario, ne renouvellera pas un contrat donné à We Charity, le controversé organisme de bienfaisance qui met sur la sellette le gouvernement Trudeau depuis un mois.

• À lire aussi: WE Charity a choisi de ne pas attendre l'approbation officielle, dit Trudeau

• À lire aussi: WE Charity: pas de traitement de faveur, dit Trudeau

Le gouvernement de la province la plus populeuse du pays a confirmé l’information à Global News vendredi, mais n’a pas précisé de quel programme il s’agissait.

On sait toutefois que le contrat avait été octroyé par le ministère de l’Éducation, qui a d’ailleurs été mandaté pour enquêter sur les dépenses qu’a engendrées cette collaboration.

«Nous sommes profondément préoccupés et troublés par les allégations contre WE. C'est l'argent des contribuables. Les gens qui travaillent fort dans cette province méritent de savoir que leur argent est rentable, et ces allégations soulèvent de sérieuses questions», peut-on lire dans le communiqué envoyé à Global News.

Il pourrait s’agir du programme We Schools, un programme de 250 000 $ mis en place par We Charity pour stimuler l’empathie des élèves en misant sur l’engagement scolaire et parascolaire dans la communauté et dans le monde.

We Schools, qui est loin d’être le premier partenariat entre le gouvernement ontarien et l’organisme de charité basé à Toronto, avait été annoncé par le ministère de l’Éducation ontarien à la mi-juin, à peine une semaine avant qu’éclate le scandale à Ottawa.

À la fin juin, on apprenait que We Charity avait obtenu le mandat sans appel d’offres de gérer un programme fédéral de bourses censé récompenser le bénévolat chez les étudiants en cette période de pandémie. Depuis, on a cessé d’en apprendre sur les liens qui unissent le clan Trudeau, la famille du ministre des Finances, Bill Morneau, et We Charity (UNIS en français).

Le contrat a été annulé, mais le scandale continue de mettre le gouvernement Trudeau sur la défensive.

Jeudi, le premier ministre Justin Trudeau a réitéré devant Comité permanent des finances qu’il n’avait rien à se reprocher dans cette histoire et qu’il avait même demandé des vérifications supplémentaires concernant ce contrat, voyant venir l’apparence de conflit d’intérêts.

Dans la même catégorie