/finance/homepage

SNC Lavalin réduit ses pertes

Agence QMI

GEN-SNC-LAVALIN

Photo Agence QMI, Joël Lemay

La firme d’ingénierie SNC Lavalin a diminué sa perte au second trimestre de son exercice financier.

• À lire aussi: Ressources naturelles: SNC-Lavalin largue une division d’Afrique du Sud

Pour la période de trois mois close à la fin juin, l’entreprise montréalaise a rapporté une perte nette de 111,6 millions $, ou 0,64 $ par action après dilution, comparativement à une perte nette de 2,1 milliards ou 12,07 $ par action après dilution, pour la même période en 2019.

La perte de trimestre inclut notamment des coûts de restructuration de 47,3 millions $ liés à la transformation des activités de services du secteur Ressources, a souligné la compagnie.

Le changement de ce secteur va se traduire par une réduction du nombre d'employés qui va passer d'environ 15 000 à 8000 d'ici la fin de 2020 et à 6000 d'ici la fin de 2021.

L’entreprise souhaite ainsi que ce secteur se concentre «sur une offre de services dans un nombre limité de marchés principaux existants», de façon à lui permettre de renouer avec la rentabilité en 2021.

«Comme les projets clé en main à prix forfaitaire seront en grande partie achevés d'ici la fin de l'année, le moment est bien choisi pour transformer et redéfinir nos activités de services, qui, à notre avis, peuvent être rentables de façon indépendante et compléter les autres activités de SNCL Services d'ingénierie», a soutenu Ian L. Edwards, président et chef de la direction de SNC-Lavalin, par communiqué.

Ce dernier a aussi expliqué vendredi que la pandémie liée à la COVID-19 a eu une incidence sur la productivité des contrats clé en main à prix forfaitaire (CMPF), ce qui a entraîné une révision de leurs projets. Il s’est toutefois réjoui du fait que les «services d'ingénierie ont produit de solides résultats financiers au deuxième trimestre.»

SNC Lavalin a enregistré des revenus de 1,9 milliard $ à son second trimestre de 2020, en baisse comparativement à 2,2 milliards $ à la même période en 2019.

«La situation économique sans précédent précipitée par la COVID-19 et la baisse des prix du pétrole ont témoigné du fait que nous avons pris la bonne décision en changeant notre modèle d'affaires», a ajouté M. Edwards.