/news/law

Une victime de Pascal Montembeault témoigne : «Je vais lui rendre la monnaie de sa pièce»

TVA Nouvelles

Une jeune femme de 17 ans, qui fait partie des 103 victimes du prédateur sexuel Pascal Montembeault, a pu témoigner au palais de justice de Sherbrooke.

• À lire aussi: Pascal Montembeault enregistre 160 plaidoyers de culpabilité

• À lire aussi: Un prédateur sexuel ne parvient pas à plaider coupable

«Je vais lui rendre la monnaie de sa pièce. Je vais lui rendre ce qu’il m’a fait et qu’il s’arrange après», lance la jeune femme sous le couvert de l’anonymat, qui avait 14 ans au moment des faits.

L'homme de Trois-Rivières avait déjà plaidé coupable à 163 chefs d'accusation, dont leurre, incitation à des contacts sexuels et production de matériel pornographique.

Le modus operandi de Pascal Montembeault était le même. Il utilisait les réseaux sociaux ou encore des sites de rencontre pour adolescent pour entrer en contact avec des mineurs.

«En deux heures, ça a viré en des conversations à connotation sexuelle (...) Et quand on s'est donné rendez-vous, ça s'est passé en 48 heures peut-être. Puis quand je l'ai vu, j'ai carrément figé», explique la jeune femme à TVA Nouvelles.

L'adolescente a subi une commotion cérébrale après avoir été frappée avec une barre de fer le soir de l’agression. Après trois ans d'attente, cette victime a enfin pu faire entendre son témoignage.

«Les conséquences psychologiques, les migraines à cause de ma commotion. J'ai tout expliqué ça. L'automutilation, les idées suicidaires, les tentatives de suicide», énumère-t-elle.

Pour 103 victimes, Pascal Montembeault aurait pu avoir 103 ans de prison.

«J'espère que ça va équivaloir à combien de vies il a détruites. Il y en a au-dessus d'une centaine», souhaite l’adolescente.

La défense demande une peine d'emprisonnement de 9 ans et demi alors que la Couronne exige 20 ans. La juge prend la décision en délibéré.

Dans la même catégorie