/finance/homepage

Un pub ferme à cause d’une «minorité résistante»

Arnaud Koenig-Soutière | Journal de Québec

Une microbrasserie de Neuville a pris la décision, hier, de suspendre les activités de son pub à bières en raison d’une clientèle récalcitrante qui s’obstine à ne pas suivre les règles imposées par la santé publique. 

L’Esprit de Clocher, une brasserie inaugurée en 2015, a annoncé par une publication Facebook que la soirée de vendredi «fut le comble». 

«Une fin de soirée éprouvante et des personnes qui, pour des raisons obscures, ne veulent pas suivre les consignes» ont ainsi forcé les copropriétaires Éric Blouin et Nathalie Simard à cesser le service de breuvages sur place.

Photo Didier Debusschere

«Nous n’acceptons tout simplement plus que notre personnel subisse des insultes, des commentaires désobligeants et de l’intolérance», exprime Mme Simard dans sa publication.

Si la majorité de la clientèle est «sympathique, compréhensive et bienveillante», la direction de l’établissement blâme une «minorité résistante» qui, en fréquentant l’endroit, «mine le climat de travail».

«Chaque fois que je quitte notre Pub, je m’inquiète pour notre personnel de service. Des personnes tellement dévouées et gentilles. Des humains qui ne méritent pas ce traitement», exprime Nathalie Simard.

Photo Didier Debusschere

Les propriétaires affirment faire ce «pas en arrière» pour éviter que le personnel «y laisse [sa] santé». L’occasion permettra à la microbrasserie de «revoir» sa mission et ses orientations, sans toutefois déroger à ses valeurs, indique-t-on.

Contactés par Le Journal, les propriétaires se sont dits «trop secoués» pour expliquer plus en détail leur décision hier.

Cette fermeture temporaire s’applique exclusivement au pub à bières. Les activités à l’usine vont se poursuivre normalement.