/news/coronavirus

L’application du fédéral ne fonctionne pas avec tous les cellulaires

Agence QMI

L’application Alerte COVID, qui devrait permettre à ses utilisateurs de savoir s’ils ont été en contact avec quelqu’un de positif, ne fonctionne pas avec tous les téléphones intelligents.

La première version a été lancée en grande pompe vendredi, mais déjà, certains utilisateurs se montrent critiques, révèle un article publié dimanche sur le site de Global News.

En effet, Alerte COVID – qu’il est possible de télécharger partout au pays, mais qui ne fonctionne pour le moment qu’en Ontario – n’est compatible qu’avec les iPhone et les appareils Android qui ont moins de cinq ans.

Bref, pour télécharger l’application, il faut au moins posséder le logiciel d'exploitation iOS 13.5 sur son iPhone ou la version 6 d’Android sur les cellulaires utilisant le logiciel développé par Google.

«Ils ont créé une application que les gens ne peuvent pas utiliser sans les iPhone haut de gamme», s'est insurgée sur Twitter la députée néo-démocrate au parlement ontarien Marit Stiles. Ses parents, qui ont plus de 70 ans, n’ont pas pu télécharger Alerte COVID, a-t-elle déploré.

L’application, que le gouvernement a promis de rendre accessible à 30 millions de Canadiens, ne fonctionne pas non plus avec des systèmes d’exploitation trop récents. Il est par exemple impossible d’installer l’application avec la version bêta d’iOS 14, sortie en juin.

Le Service numérique canadien (SNC) a assuré que l’application sera disponible sur iOS 14 lorsque le système d’exploitation n’en sera plus à sa phase bêta.

Grosso modo, Alerte COVID permet aux utilisateurs qui ont été déclarés positifs à la COVID-19 de partager de manière confidentielle leur état de santé. Les utilisateurs qui ont été en contact avec ces personnes seront alors informés.

Le gouvernement fédéral a spécifié que cette application n’allait pas remplacer le travail de traçage des autorités, mais qu’elle était néanmoins un atout.

Alors que la mise en place d’une telle technologie soulève plusieurs questions concernant la vie privée, Ottawa a indiqué qu’Alerte COVID fonctionnait grâce au partage d’informations via Bluetooth et non par GPS, ce qui empêche de connaître l’emplacement exact des gens qui l’ont téléchargée.

Dans la même catégorie