/news/coronavirus

Plus de 200 000 morts en Amérique latine et aux Caraïbes

Agence France-Presse

La pandémie de nouveau coronavirus a fait plus de 200 000 morts en Amérique latine et aux Caraïbes, dont près des trois quarts au Brésil et au Mexique, selon un bilan réalisé par l'AFP à partir de sources officielles dimanche matin.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: Nouveau record de contaminations au Mexique

Avec un total de 200 212 morts (pour 4 919 054 cas), l'Amérique latine et les Caraïbes sont la deuxième région la plus durement touchée par la pandémie de la COVID-19, derrière l'Europe (210 435 décès, 3 189 322 cas).

Au total, 685 192 morts (17 868 148 cas) ont été recensés dans le monde.

Le Brésil (93 563 morts), le Mexique (47 472) sont les pays latino-américains les plus atteints, suivis du Pérou (19 408), de la Colombie (10 330) et du Chili (9533).

Si l'on rapporte le nombre de morts à la population, le Pérou enregistre 589 morts par million d'habitants, au 6e rang mondial, devant le Chili (499), le Brésil (440), le Mexique (368) et le Panama (336).

Les morts en Amérique latine et aux Caraïbes représentent près d'un tiers des décès enregistrés dans le monde dus à la COVID-19, juste derrière l'Europe (plus d'un tiers), mais devant les États-Unis/Canada (près d'un quart).

La région avait passé la barre des 10 000 morts le 28 avril et celle des 100 000 morts le 23 juin. Il aura fallu un peu plus d'un mois pour doubler ce total et dépasser le seuil des 200 000 morts, avec une accélération marquée au mois de juillet.

En moyenne, durant le dernier mois écoulé, quelque 2610 nouveaux décès ont été enregistrés quotidiennement dans la région.

Le nombre de contaminations en Amérique latine et aux Caraïbes approche 5 millions de cas confirmés, dont plus de la moitié au Brésil (plus de 2,7 millions de cas officiellement déclarés), ce qui en fait le deuxième pays recensant le plus de cas de la COVID-19 au monde, derrière les États-Unis (plus de 4,6 millions de cas).

Certains experts estiment que le nombre de décès officiellement déclarés dans certains pays de la région est sous-estimé.