/news/coronavirus

Berlin condamne des comportements «inacceptables» lors de la manifestation anti-masque

Agence France-Presse

Le gouvernement allemand a condamné lundi des comportements «inacceptables» survenus samedi à Berlin lors d'une manifestation contre les mesures destinées à combattre la pandémie de coronavirus dans le pays.

• À lire aussi: Mobilisation anti-COVID: non, cette photo n'a pas été prise à Berlin samedi

• À lire aussi: Des milliers de manifestants «anticoronavirus» défilent à Berlin

«Des manifestations pacifiques sont importantes», mais «les images que nous avons vues ce week-end sont inacceptables», et «le comportement de beaucoup de manifestants n'est absolument pas justifié», a affirmé la porte-parole de la chancellerie, Ulrike Demmer, parlant de «violations massives» des règles d'hygiène.

Plusieurs milliers de personnes ont marché samedi dans la capitale allemande pour demander la levée des mesures mises en place par le gouvernement pour combattre la COVID-19, avant d'être dispersés par la police.

AFP

Les manifestants, qui n'ont pas respecté les gestes barrières, ont «abusé du bien précieux qu'est la liberté de manifester» a fait valoir Mme Demmer, alors que la manifestation suscite un vif débat en Allemagne.

Estimés à quelque 20 000 par la police, les participants à ce cortège hétéroclite, rassemblant «libres penseurs», militants antivaccins, conspirationnistes ou encore sympathisants d'extrême droite, se sont réunis pour une journée de mobilisation intitulée «La fin de la pandémie — Jour de la liberté».

Mme Demmer a par ailleurs condamné des «déclarations portant atteinte à la dignité humaine» et des entraves «au travail de la presse» de la part de certains participants.

Après plusieurs semonces de la part des forces de l'ordre exigeant le respect des gestes barrières par les participants, elles ont mis fin au rassemblement.

AFP

Quarante-cinq policiers ont été blessés lors des manifestations samedi à Berlin, selon la police.

Si l'Allemagne a jusqu'à présent été plutôt épargnée par la pandémie qui y a fait moins de 9200 morts, les autorités s'alarment d'une lente reprise des infections ces derniers jours.

Dans la même catégorie