/regional/estduquebec/basstlaurent

Difficile de trouver du foin pour les éleveurs du Bas-Saint-Laurent

Simon Gamache Fortin | TVA Nouvelles

Malgré la pluie des derniers jours, les producteurs agricoles du Bas-Saint-Laurent craignent de manquer de foin après une quatrième année de récoltes sous la moyenne.

Cette situation nuit bien évidemment aux éleveurs, mais aussi aux propriétaires de chevaux qui peinent à trouver du foin pour nourrir leurs animaux.

Afin de faire face à cette crise, trois bureaux de coordination pour aider les producteurs à trouver du foin ont été mis sur pied par l'Union des producteurs agricoles.

«On le sait que cette année, c’est plus difficile. Il y a beaucoup moins de quantité de foin. Tu viens que tu te demandes, "ok, est-ce que l’on va avoir assez de foin par rapport à la quantité de chevaux". Ce n’est pas comme une moto que tu ranges dans le garage. Le cheval, il faut que tu le nourrisses, tu ne peux pas passer à côté. C’est stressant», a expliqué Stéphanie Lamy, copropriétaire du Ranch Le rêve du cheval.

Le prix est aussi en hausse. Le manque d’eau a un impact sur l’état des pâturages pour les chevaux.

L’UPA indique que des avances sur l’assurance récolte seront versées très prochainement pour aider les agriculteurs.

L'eau manque tout court 

Cela dit, la sécheresse amène aussi des difficultés pour abreuver les bêtes.

«Ce que l'on voit présentement, c’est la sécheresse, mais faut abreuver nos animaux et la nappe phréatique, avec la chaleur, elle baisse tout le temps. Les producteurs sont obligés de transporter de l’eau depuis quelques semaines. À partir de là, c’est de l’ouvrage, parce qu’on ne pense pas qu’une vache ou une bête, ça boit», a expliqué Gilbert Marquis, président de l’UPA du Bas-Saint-Laurent.