/news/society

Difficile d'obtenir un permis de travail pour des immigrants

Pierre-Antoine Gosselin | TVA Nouvelles

Avec la pandémie, les difficultés s'accumulent pour des immigrants qui souhaitent s'établir au Québec. C'est le cas d'une femme de Lévis, d'origine mexicaine, qui tente d'obtenir un permis de travail temporaire, mais fait face à des délais importants.

En couple depuis 2016, Guillaume et sa conjointe Paola se sont mariés l'été dernier au Mexique, où ils s'étaient rencontrés. Immigrée au Québec depuis quelques mois grâce au programme fédéral de parrainage d'épouse, Paola est maintenant prête à s'intégrer.

Cependant, sa demande de permis de travail temporaire auprès d'Immigration Canada n'a même pas encore été ouverte, six mois après son envoi. «Plein d'employeurs ici essaient de trouver des employés. Moi, je veux travailler et je n'y arrive pas», a-t-elle déploré.

«Immigration Canada a complètement cessé ses opérations dans notre catégorie. Le Certificat de sélection du Québec, on ne peut pas l'obtenir non plus parce qu'on a pas l'étape préalable du gouvernement fédéral, puisque les opérations ont cessé», a ajouté son conjoint Guillaume.

La pandémie de COVID-19 a fait exploser les délais de traitement de dossiers.

«On se tourne les pouces. Je travaille, je suis chanceux. Elle apprend un peu de français et on participe aux organismes communautaires, mais on regarde la pénurie de main-d'oeuvre ici à Lévis et on se dit qu'on aimerait beaucoup qu'elle puisse travailler», a-t-il ajouté.

L'intégration de cette Mexicaine de 30 ans pourrait en être affectée.«C'est un sentiment de peur, on est sur le qui-vive, a expliqué Benoît Songa, directeur de l'organisme R.I.R.E. 2000 de Québec, qui vient en aide aux immigrants. Le fait de ne pas avoir de travail, il n'y a pas d'entrée d'argent. Il ne faut donc pas se mettre dans une situation compromettante parce que ça peut coûter très cher.»

«Ça me rend très anxieuse et ça retarde mon intégration», a abondé Paola dans un anglais plutôt bien maitrisé.

À bout de patience, Guillaume envisage de se tourner vers ses députés locaux.«Si j'avais su que ça serait aussi long, j'aurais essayé de m'y prendre autrement», a-t-il affirmé.