/news/world

Le gouvernement français appelle à la vigilance afin d'éviter «un reconfinement généralisé»

Agence France-Presse

Le premier ministre français a appelé lundi ses concitoyens et les services de l'État à «ne pas baisser la garde» face à une résurgence de la COVID-19, afin d'éviter «un reconfinement généralisé».

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: Épidémie de COVID-19: «Il n’y aura peut-être jamais de panacée»

• À lire aussi: Encore malade trois mois après avoir eu la COVID-19

Jean Castex s'exprimait depuis la ville de Lille (nord) où le port du masque est désormais obligatoire dans certains «lieux publics ouverts» comme ailleurs dans le pays. «Le virus n'est pas en vacances, et nous non plus», a-t-il lancé. 

«Il faut nous protéger contre ce virus, surtout sans faire arrêter la vie économique et la vie sociale, c'est-à-dire en évitant la perspective d'un reconfinement généralisé», a-t-il expliqué.

Dans certaines régions françaises, «on constate une progression des données de l'épidémie qui doit nous conduire à être plus que jamais attentifs, et c'est le cas», a insisté Jean Castex, qui n'a répondu à aucune question. Il s'est félicité des 14 000 tests déjà effectués dans la métropole de Lille, qui fait face à un regain de cas de COVID-19. 

«Il faut poursuivre, aller dans les endroits où des clusters sont susceptibles d'apparaître», a-t-il toutefois prévenu. «J'appelle chaque Français à rester très vigilant, car la lutte contre le virus dépend bien sûr de l'État, des collectivités locales, des institutions, mais aussi de chacun d'entre nous», a ajouté M. Castex.

Le discours des autorités françaises a évolué au fil des semaines (et des connaissances scientifiques), passant d'un masque «inutile pour toute personne dans la rue» jusqu'à aboutir à une obligation dans tous les lieux publics clos, depuis le 20 juillet, et désormais dans certaines zones publiques.

Elles justifient le masque à l'extérieur par des preuves qui s'accumulent pour dire que la COVID-19 se transmet via de fines gouttelettes en suspension dans l'air expiré par les malades (les «aérosols»), et pas uniquement via les postillons.

Le masque est obligatoire dans les lieux publics de 69 communes du département de la Mayenne (ouest), où les indicateurs «confirment la circulation active du virus». 

Les villes françaises de Biarritz, Bayonne, Saint-Malo, Le Touquet, Orléans ou encore Nice imposent également le port du masque en extérieur, dans leur centre ou les marchés.

Le nouveau coronavirus a fait 30 265 morts en France depuis le début de l'épidémie.