/news/coronavirus

Nouveau bâtiment modulaire dès cet hiver à l'Hôpital de Verdun

Béatrice Roy-Brunet | Agence QMI

Hôpital Verdun

Photo Le Journal de Montréal, Chantal Poirier

Même si aucun patient atteint de la COVID-19 n'est hospitalisé présentement à l’Hôpital de Verdun à Montréal, un nouveau bâtiment modulaire sera construit pour l’hiver prochain afin de faire face à une potentielle deuxième vague.

En raison de la première vague de COVID-19, les soins, les services et les chambres ont dû être réorganisés, diminuant ainsi la capacité d’accueil de l'établissement. L’Hôpital, qui compte habituellement 244 lits, a perdu environ 90 lits en réorganisant les chambres en occupation simple, a expliqué la présidente-directrice générale du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’île-de-Montréal (CCSMTL), Sonia Bélanger, lundi en point de presse.

Le bâtiment de deux étages, dont le coût est estimé à 32 millions $, pourra accueillir 36 chambres individuelles. La clinique d'hémato-oncologie, dont les services ont été relocalisés au début de la pandémie, sera réaménagée au rez-de-chaussée. Le bâtiment sera également relié par une passerelle à l’Hôpital de Verdun.

Même avec les 36 lits supplémentaires et une réorganisation interne, l’hôpital ne pourra compter que sur 196 lits, encore loin de sa capacité initiale. «C’est donc 48 lits de moins que nous aurons pendant deux ou trois ans. Ce sera l’occasion de développer d’autres services», a souligné Mme Bélanger.

Deuxième vague

L’augmentation du nombre de lits disponibles en chambres individuelles permettra de «passer à travers une deuxième vague» en attendant le projet d’agrandissement de l’hôpital, a indiqué Mme Bélanger. Un projet d’agrandissement et de modernisation de l’Hôpital de Verdun est prévu l’an prochain. Il devrait se terminer en 2024.

Même son de cloche du côté du ministre de la Santé Christian Dubé. «Un des éléments que tout le monde reconnaît maintenant, c’est qu’il y a eu beaucoup d’infections de gens qui étaient dans des chambres doubles ou triples à l’hôpital ou en CHSLD», a-t-il expliqué en conférence de presse lundi après-midi.

«On avait accepté à Verdun de rénover l’hôpital, mais ça, c’est des projets qui durent deux-trois ans. On ne peut pas attendre deux ou trois ans pour avoir des solutions pour la pandémie», a-t-il poursuivi.

Deux mois de flottement

Au début de la pandémie, une tente pouvant accueillir 32 patients a été emménagée à proximité de l'hôpital pour le désengorger. Cette installation devra être démantelée avant la fin de l'automne, laissant un trou avant l'ouverture du nouveau bâtiment.

Mme Bélanger envisage deux mois «plus critiques» jusqu’à l’arrivée du bâtiment modulaire. «On va essayer de la démanteler le plus loin possible. Il y aura un, deux mois de flottement. Il ne faut pas oublier qu’on a aussi l’Hôpital Notre-Dame», a-t-elle tempéré.