/news/currentevents

Une conductrice tombe dans un nid-de-poule de 10 pieds

Antoine Lacroix | Le Journal de Montréal

L’avant du véhicule de la jeune conductrice a été complètement submergé après être tombé dans un trou, rue d’Aragon, lundi, à Terrebonne.

Photo Agence QMI, Pascal Girard

L’avant du véhicule de la jeune conductrice a été complètement submergé après être tombé dans un trou, rue d’Aragon, lundi, à Terrebonne.

Une jeune conductrice l’a échappé belle tôt lundi matin lorsque son véhicule est soudainement tombé dans un immense trou formé après un affaissement dans la chaussée, à Terrebonne. 

« Comme elle ne roulait pas à haute vitesse, ses blessures n’ont pas été très importantes, et heureusement, le choc n’a pas été suffisant pour qu’elle perde connaissance », a expliqué le capitaine Joël Lamarche, du Service de police de Terrebonne. 

La jeune automobiliste de 18 ans en a donc été quitte pour une bonne frousse.

L’accident est survenu peu après 1 h 20 du matin, alors qu’elle circulait rue d’Aragon, près de la rue de Courdoue. 

« Il y avait une accumulation d’eau dans la rue, ce qui pouvait être normal en raison des pluies qui ont eu lieu dimanche. La jeune fille a donc poursuivi sa route, alors que le trou n’était pas apparent du tout, et est tombée dedans », a souligné le capitaine Lamarche.

La taille de la cavité dans la route ne lui permettait toutefois pas d’ouvrir sa portière pour sortir, faisant en sorte qu’elle était prisonnière de son habitacle, où le niveau de l’eau montait tranquillement.

« Elle a bien réagi et a pu appeler elle-même les secours, et ils sont arrivés peu de temps après », a indiqué le porte-parole de la police.

Pas de risque de noyade

La profondeur du trou à ce moment-là ne faisait pas en sorte que le véhicule pouvait être complètement submergé, ce qui a probablement sauvé la victime du risque de noyade.

« Si elle était tombée sans connaissance après l’impact et qu’elle s’était affaissée sur le côté, peut-être qu’à ce moment [une noyade] aurait pu survenir. Heureusement, l’eau ne rentre pas instantanément », souligne le capitaine Lamarche.

Une fois sortie de sa fâcheuse position, la jeune résidente de L’Épiphanie a refusé d’être transportée dans un centre hospitalier. Ses blessures se limitaient à un genou écorché et des douleurs à la tête. 

Corrosion

Des travailleurs de la Ville de Terrebonne étaient à pied d’œuvre lundi pour corriger la situation et réparer l’immense trou d’environ 10 pieds de profondeur, apparu en raison d’un bris d’aqueduc.

Des travailleurs de la Ville étaient à pied d’œuvre dans la journée pour corriger la situation.

Photo Antoine Lacroix

Des travailleurs de la Ville étaient à pied d’œuvre dans la journée pour corriger la situation.

« [Nos équipes des travaux publics] ont identifié un trou dans la conduite qui a été causé par la corrosion. Le sol sablonneux, la quantité d’eau accrue dans le sol en raison du bris d’aqueduc, combinés aux fortes précipitations d’hier [dimanche], peuvent potentiellement être la cause de cet affaissement », a fait savoir Amélie Beaulac, conseillère en communication pour la Ville.