/news/coronavirus

Une rentrée scolaire encore incertaine

TVA Nouvelles

Des syndicats d’enseignants, mais aussi beaucoup de parents, s’interrogent sur les protocoles qui seront mis en place pour la rentrée scolaire.

Certaines directives avaient été édictées au printemps lorsque les cours ont repris au primaire dans certaines régions. 

Mais les syndicats veulent une mise à jour et des consignes claires concernant les élèves du secondaire.

«Même si on sait qu’on ne peut pas donner les mêmes directives à une école qui a 40 élèves qu’à une école qui a 1000 élèves, ça nous prend des directives claires. On a besoin de savoir à quoi s’attendre. On a besoin que le ministre précise les choses avec les centres de service et les écoles», fait savoir la présidente de la Fédération des syndicats de l’enseignement, Josée Scalabrini.

«On dit que les élèves n’auront pas besoin de masque. Est-ce que les enseignants vont porter ce masque-là en tout temps?»

En point de presse lundi, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a dit que le plan pour la rentrée des classes sera dévoilé la semaine prochaine.

Mesures supplémentaires   

Certaines écoles n’attendent pas les directives du ministère de l’Éducation pour agir.

Ainsi, une équipe de TVA Nouvelles s’est rendue à l’Académie Marie-Claire de Kirkland où les élèves sont attendus le 24 août.

Dans cet établissement, des plexiglas seront installés sur chaque pupitre. Aussi, plusieurs meubles ont été retirés des classes pour permettre une distance d’un mètre entre chaque table.

«Dans notre école, la direction a pris des mesures supplémentaires, au-delà de ce qui est exigé. C’est plus facile d’en retirer que d’en ajouter s’il y a une explosion de cas», précise Maryan Lucinian, enseignante.

De plus, l'école a décidé de prendre la température de tous ceux qui entrent dans le bâtiment, incluant les élèves.

«Les enseignants sont inquiets, nous sommes tous inquiets. C'est un moment vraiment difficile dan la vie de tout le monde», précise le directeur de l'Académie, Henry Zephirin.