/news/currentevents

De plus en plus de dénonciations d'agressions sexuelles à Saguenay

Jean-François Tremblay | TVA Nouvelles

Les vagues de dénonciation de délits sexuels comme le mouvement «#MeToo» ont atteint Saguenay.

En 2019, le nombre de dénonciations pour agressions sexuelles a augmenté de 15,4 %. Il y a eu 120 plaintes déposées aux policiers, soit 16 de plus qu'en 2018, apprend-on dans le rapport annuel de la police de Saguenay présenté lundi soir.

Les plaintes pour d'autres infractions d'ordre sexuel ont, elles, carrément explosé en grimpant de 153 %, avec 98 infractions de plus que l'année précédente dénoncées pour un total de 162.

«Les femmes ont cru que ce qu'elles vivaient était normal ou banal. Non. Elles se sont rendu compte que c'était criminel, a exprimé Isabel Brochu, membre de la Collective de la Maison ISA de Saguenay qui aide les femmes victimes d’agressions sexuelles. Ce n'est pas surprenant qu’il y ait une hausse des plaintes. Il y a eu aussi une augmentation des demandes d'aide à la Maison ISA, mais ça ne veut pas dire qu'il y a plus d'agressions.»

L’avocat-criminaliste Me Julien Boulianne, est du même avis. «Plus de dénonciations, mais pas plus d’agressions. On voit l’augmentation dans les salles de cour, mais pas de la même hauteur que les dénonciations faites à la police.»

Le rapport annuel permet aussi de constater que le nombre de conducteurs avec les facultés affaiblies est en hausse. 323 automobilistes ont été interceptés l’an dernier à Saguenay, soit 35 personnes de plus que pour l’année précédente, ce qui représente une hausse de 12 %

Cette augmentation choque une mère de famille, Caroline Tremblay, qui a perdu sa fille en 2013, fauchée par un conducteur ivre. «Ça prouve que les gens au Saguenay–Lac-Saint-Jean n'ont pas compris encore ce que ça fait pour une famille de perdre quelqu'un.»

Mme Tremblay mène toujours son combat pour lutter contre ce fléau. «C'est quoi qui est compliqué que quand tu as pris de l'alcool, tu ne touches pas à ton véhicule?», a-t-elle martelé.

Par ailleurs, une baisse de 53,1% des infractions relatives aux drogues et aux stupéfiants est notée dans le rapport. Ce phénomène s'explique par la légalisation du cannabis.

«Il n’y a pas moins de projets de la police. Il n’y a pas moins de trafiquants. Ils ne traitent plus les possessions simples de cannabis. Ça désengorge le système et les services de la police. Les efforts sont alors mis sur des choses plus importantes», estime Me Julien Boulianne.

Et finalement, les conducteurs saguenéens roulent vite. 1029 constats additionnels ont été émis pour de la vitesse, en hausse de 6%. Les contraventions pour vitesse excessive montent aussi de 43,1%

Dans son rapport, la police de Saguenay dit vouloir sécuriser davantage le réseau routier. À preuve, 44 671 constats d'infractions ont été décernés, une hausse de 10 %. C'est également environ 10 000 de plus qu'en 2016 et 2017.