/news/world

«Il n'y a plus de Beyrouth»

TVA Nouvelles

C’est le cœur de Beyrouth qui a été touché mardi après-midi lorsque plusieurs explosions ont retenti dans le port de la ville, faisant au moins des dizaines de blessés et de morts.

• À lire aussi: Des morts et des blessés dans les explosions à Beyrouth

«Il n’y a plus de Beyrouth», a raconté une résidente de la capitale du Liban, Rita Khoury à TVA Nouvelles.

«Hôpitaux, immeubles, églises, tout est détruit. On parle de 25 ou 30 morts jusqu’à maintenant.»

AFP

Mme Khoury, qui vit à une quinzaine de minutes du port, a détaillé ce qu’elle a vu depuis chez elle.

«Je regardais la mer. J’ai vu un petit feu, mais je me suis dit que ce n’était pas anormal, car il y a beaucoup d’incendies, ici au Liban. Après, j’ai vu comme une petite explosion et ensuite j’ai vu le grand champignon comme une bombe nucléaire (...) C’est quelque chose qui nous a fait très très peur», a-t-elle expliqué.

«Avec la crise économique, la crise politique et la COVID-19, c’est un désastre.»

Selon Mme Khoury, de telles explosions n’avaient plus été vues dans la ville depuis l’attentat contre l’ancien président du conseil des ministres, Rafic Hariri, en février 2005.

Voyez le reste de son entrevue dans la vidéo ci-dessus.