/regional/saguenay

Une entreprise de Saguenay collabore pour un nouveau masque performant et réutilisable

Éliane Pilote | TVA Nouvelles

Un masque encore plus performant et réutilisable que le fameux type de masque N-95 pourrait bientôt voir le jour grâce, entre autres, à une entreprise de Saguenay.

«Avec le N-95, il est souvent difficile de respirer. Nous avons donc créé un filtre qui permet une meilleure respiration et une meilleure protection: il protège à 99 %», a expliqué le directeur général de l’entreprise Sefar BDH, Yves Tremblay.

«De plus nous pouvons même le laver. Il suffit de le mettre dans le lave-vaisselle, donc c’est très écologique», a-t-il fait savoir.

Cette entreprise est spécialisée dans la fabrication de produits sur mesure en textile pour le secteur minier. C’est elle qui a conçu le filtre des masques.

«Nous les avons mis au défi de nous aider dans la conception», a expliqué Emmanuel Bergeron, directeur au développement économique régional chez Rio Tinto.

Sefar a répondu à l’appel de Rio Tinto. «Nous sommes vraiment heureux», a mentionné Yves Tremblay, tout sourire.

«C’est vraiment excitant, car il n’y a pas encore un masque réutilisable de la sorte fabriqué ici», a dit M. Bergeron.

S’il est commercialisé, le nouveau masque sera adapté à chaque visage grâce à une application. «Les gens auront juste à scanner leur visage via l’application et après une analyse permettra de mentionner à l’utilisateur le masque idéal pour lui, le bon ajustement et donc ça assure un certain confort», a fait savoir le spécialiste en chirurgie buccale et maxillo-faciale, René Caissie.

Plusieurs entreprises du Québec collaborent au projet. Le masque n’est pas encore en vente, mais il est déjà demandé.

«Nous avons déjà les États-Unis et l’Europe qui nous ont approchés pour avoir nos masques», a indiqué le docteur René Caissie.

«Nous avons vraiment hâte, a ajouté Emmanuel Bergeron. C’est gratifiant. C’est innovateur et nous croyons que ce sera très apprécié.»

Le projet est déjà très avancé. Il ne reste plus que l’analyse et l’approbation de Santé Canada. Les concepteurs eux se disent prêts à produire rapidement et en grande quantité.