/regional/saguenay

Une traverse piétonnière jugée dangereuse

Kate Tremblay | TVA Nouvelles

Des élus de Saguenay veulent forcer le ministère des Transports à rendre une traverse piétonnière qui est sous sa juridiction, plus sécuritaire.

Ce passage est situé dans l'arrondissement de Chicoutimi, sur le boulevard Tadoussac, à la hauteur du pont Sainte-Anne, où la limite de vitesse est fixée à 70 kilomètres à l'heure. Le secteur est jugé dangereux par plusieurs.

Les élus ont prévu adopter une résolution lors du prochain conseil d'arrondissement pour convaincre le ministère des Transports de la nécessité d'apporter des modifications au secteur.

«Deux à trois fois par semaine, j'ai des appels de citoyens pour ça» a expliqué le conseiller municipal du secteur, Simon-Olivier Côté, lors de la séance publique du conseil tenue lundi soir.

M. Côté suggère l'installation d'un feu piétonnier, mais des citoyens pensent que la construction d'une passerelle au-dessus du boulevard serait plus appropriée.

«Une passerelle, comme on voit à Montréal au-dessus des autoroutes, a fait savoir Carl Tremblay. Ça ne bloquerait pas le trafic et tout le monde y trouverait son compte.»

Le ministère des Transports confirme que cette traverse est actuellement à l'étude. Il souhaite la rendre plus visible.

Le conseiller Simon-Olivier Côté n'écarte pas la possibilité de lancer une pétition si le ministère tarde à intervenir.

De nombreux piétons et cyclistes rencontrés mardi matin par l'équipe de TVA Nouvelles ont raconté leur mésaventure. Un «conducteur s'est enligné et un peu plus il nous frappait», a confié un couple qui a failli être happé par un automobiliste lors de leur promenade matinale.

«On fait toujours notre signe de croix avant de traverser, a ajouté la femme en riant. Le problème, c'est qu'on ne sait pas trop quoi faire quand on arrive ici. Même en tant qu'automobiliste, on n'ose pas s'arrêter par crainte de causer un accident.»

TVA Nouvelles l'a constaté: les automobilistes ne s'arrêtent pas pour laisser passer les piétons et les cyclistes, sauf à de rares occasions.

«C'est juste une question de temps avant que quelqu'un se fasse ramasser par les voitures. Nous on est des adultes, on fait plus attention, mais les gens roulent vites et ne s'arrêtent pas du tout», a mentionné un cycliste particulièrement préoccupé par la sécurité des enfants.

«C'est tellement dangereux de se faire écraser que je préfère parfois faire un détour plutôt que de traverser ici», a dit un autre marcheur.