/regional/quebec/quebec

Le CHU de Québec restreint les visites postnatales

Dominique Lelièvre

Grossesse

PierreArt - stock.adobe.com

En dépit d’une directive ministérielle un peu plus permissive, les mères en séjour postnatal au CHUL et à l’Hôpital Saint-François d’Assise ne peuvent recevoir aucun visiteur en dehors du deuxième parent.

« Pour les visites pré et post-accouchement, nous nous limitons au second parent », confirme le conseiller en communication du CHU de Québec Bryan Gélinas.

Par contre, lors de l’accouchement, la présence d’un autre accompagnant en plus du conjoint, comme une sage-femme ou une doula, est tolérée.

« Nous voulons ainsi réduire les déplacements sur nos unités d’obstétrique et la grandeur des chambres permet difficilement plus d’un accompagnateur dans le contexte actuel », explique M. Gélinas.

Cette directive a causé de la déception chez quelques parents qui ont pu recevoir une information contraire à la fin juin.

Déception

Pendant quelques jours, le centre hospitalier a considéré une politique plus souple où un visiteur à la fois pouvait être reçu après l’accouchement, en plus des parents.

Après une nouvelle directive ministérielle le 2 juillet, le CHU de Québec a resserré ses règles, allant même plus loin que ce qui est suggéré par le gouvernement. 

Lors des séjours pré et postnataux, la directive du ministère de la Santé prévoit « [qu’]une deuxième personne significative pourrait être présente ». Cependant, « aucun autre visiteur ou enfant n’est admis ».

De plus, « les directives ministérielles peuvent être adaptées en fonction du contexte local », précise le ministère.

Le CHU de Québec précise que des exceptions sont possibles. « Par exemple, un papa qui devrait quitter pour une urgence suite à l’accouchement pourrait être remplacé par un autre membre de la famille. C’est du cas par cas qui sera évalué par les équipes de soins », mentionne M. Gélinas.

« Notre priorité demeure d’offrir un environnement sécuritaire pour les futurs parents et notre personnel dans un contexte de pandémie mondiale », insiste le porte-parole.

Dans les autres unités

Le ministère de la Santé autorise la présence d’un accompagnateur lors de l’accouchement et du séjour postnatal depuis le 16 mars.

Depuis le 26 juin, il permet la présence d’un accompagnateur ou d’un proche dans toutes les unités des hôpitaux, sous certaines conditions. Les centres hospitaliers peuvent néanmoins moduler ces directives.