/regional/quebec/quebec

Nitrate d'ammonium: le port de Québec prêt à toute éventualité

Andrée Martin | TVA Nouvelles

Du nitrate d'ammonium, la substance qui serait responsable des explosions qui ont dévasté le centre-ville de Beyrouth mardi, transite parfois au port de Québec.

Bien qu'il n'y en ait pas présentement, l'administration portuaire assure que ses plans d'intervention en cas d'urgence sont prêts.

«Chaque fois qu'il y a une matière réglementée comme ça qui entre, il y a des protocoles de sécurité qui sont très stricts, autant pour le transport que la manutention et l'entreposage», a expliqué Anick Métivier, directeur de la responsabilité citoyenne au port de Québec, en précisant que l'administration portuaire n'attend pas qu'une tragédie comme celle au Liban se produise pour comprendre le sérieux de la situation. «Ce sont des choses qui sont remises en question pour s'assurer que tout le monde soit bien arrimé», a-t-il dit.

Le chimiste à la retraite Jacques Minville croit qu'un événement comme celui survenu au Liban est peu probable au Québec. Selon lui, de nouvelles normes sur les produits chimiques limitent les risques. «Les quantités sont mieux contrôlées, les règles sont plus sévères», a-t-il fait valoir.

Les pompiers aussi jouent un rôle clé dans l'élaboration des protocoles entourant la gestion du nitrate d'ammonium et d'autres substances à risque. Le chef des opérations en matières dangereuses, Yves Gaumont, admet que même si le risque nul n'existe pas, toutes les mesures sont en place pour réagir à ce type d'intervention. «On ne s'attend pas à avoir ce type d'événement sur le territoire de la ville de Québec», a-t-il assuré.

Pour la citoyenne Véronique Lalande, qui a fondé le comité citoyen Vigilance du port de Québec, impossible de ne pas regarder ce qui se passe au Liban sans penser que Québec a également un port en milieu urbain. Elle souhaiterait que l'administration portuaire fasse preuve de plus de transparence.

«Pour l'instant, on a encore une très grande opacité sur les types de produits, les endroits, les plans, les mesures, les citoyens et globalement les risques que pose un port industriel en zone densément peuplée», a-t-elle dénoncé.