/news/law

Action collective autorisée contre les Sœurs de la Charité

Nicolas Saillant | Journal de Québec

La Cour supérieure a autorisé jeudi une action collective contre les Sœurs de la Charité pour de présumés abus et sévices sexuels. 

Selon la demande d’action collective autorisée, plus de 280 personnes auraient été victimes d’abus sexuels, physiques et psychologiques par 71 abuseurs, dont 55 religieuses des Sœurs de la Charité.

Les agressions reprochées seraient survenues entre 1925 et 1996, soit sur une période de plus de 70 ans. Les demandeurs dénoncent «une culture du silence découlant de directives du Saint-Siège».

Ainsi, toujours selon le demandeur principal Denis Leclerc, les Sœurs de la Charité auraient fait le choix de «supporter activement des agresseurs pour éviter tout scandale pouvant ternir leur réputation». 

Le groupe de victimes demande une somme de 2 M$ en dommages et pour compenser la douleur et la souffrance résultant des abus. Le Mont d’Youville était un orphelinat situé à Beauport.  

La question de la faute directe des défendeurs «constitue l’enjeu au cœur de la demande en autorisation», selon les débats préliminaires tenus entre les différentes parties, est-il indiqué. 

Le groupe est défini comme comprenant «toute personne [ayant été victime] d’abus sexuels, physiques et psychologiques par les préposés du Mont d’Youville».  

Plus de détails à venir...

Dans la même catégorie