/news/coronavirus/cavabienaller

Gardez le sourire... surtout avec un masque

Agence France-Presse

Comment parer l’anonymat associé par défaut au port du masque, progressivement généralisé pour combattre la propagation de la COVID-19? 

• À LIRE ÉGALEMENT: La grippe ne devrait pas faire de ravages cet automne

• À LIRE ÉGALEMENT: Difficile de «carter» les clients masqués

La solution d'une entreprise de la ville française de Lyon: imprimer sur cette protection le sourire de la personne qui la porte.

«On a lancé cette opération au début du confinement et les entreprises n'étaient pas très réceptives mais maintenant que l'on commence à comprendre qu'on va devoir vivre avec ces masques, on a plus de demande», explique Ludovic Bonhomme, cofondateur de Tcheezebox, société basée à Caluire-et-Cuire (métropole de Lyon, est de la France).

«Une grosse problématique aujourd'hui est de faire revenir les salariés au bureau. Donc, cela aide à les décoincer et ajoute un côté plus fun», avance Ludovic Bonhomme.

Destinés avant tout aux professionnels qui souhaitent «humaniser la relation» avec leur clientèle, Tcheezebox fournit également les particuliers à partir de 50 masques commandés.

«J'ai fait les courses avec et les gens m'ont souri», souligne l'entrepreneur.

Cette entreprise fondée en 2003 présente son produit «Masked» comme un masque barrière grand public, norme Afnor (76% de filtration des particules de 3 microns), résistant à 10 lavages.

Fabriqués à Montpellier (sud), les «Masked» coûtent 7,8 euros à l'unité (hors taxe).

La société est initialement spécialisée dans la location de cabines photographiques événementielles. Celles-ci peuvent servir à photographier les visages des personnes souhaitant personnaliser leurs masques.