/regional/estduquebec/gaspesie

Les Québécois invités à réserver pour leurs vacances

Simon Gamache Fortin | TVA Nouvelles

Avec les débordements vécus en Gaspésie, la ministre du Tourisme demande aux vacanciers de réserver et de bien planifier leurs déplacements avec le fort achalandage touristique dans l’Est-du-Québec.

• À lire aussi: Camping sauvage: la situation s'améliore dans l'Est-du-Québec

«Dans la perspective où les gens vont voyager au Québec, dans les prochaines semaines, et qu’il reste plusieurs belles semaines d’été, on vous recommande fortement de bien planifier vos déplacements», a indiqué jeudi la ministre du Tourisme, Caroline Proulx.

La situation s’est améliorée sur certaines plages de la Gaspésie en ce qui concerne le camping sauvage, selon la ministre.

Les interventions réalisées sur le terrain semblent avoir eu l'effet désiré. «On a déployé des patrouilles de sensibilisation des municipalités, mais également la Sûreté du Québec, a-t-elle expliqué. Le message a été compris maintenant. Ces débordements-là sont sous contrôle dans la belle grande région.»

La ministre est heureuse de constater l’intérêt des Québécois pour le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie.

Mme Proulx poursuivait jeudi sa tournée de la Gaspésie. Elle s’est arrêtée au Vignoble Carpinteri à Saint-Ulric et chez Exploramer à Sainte-Anne-des-Monts. «On prend le pouls de comment se passe l’été touristique», a fait savoir la ministre.

L’industrie touristique doit aussi tirer des leçons des débordements.

L’achalandage demeure important dans les hébergements touristiques et les campings.

«Ça se passe bien, malgré quelques accrocs au cours des dernières semaines», a expliqué David Dubreuil, président de Tourisme Gaspésie.

«Je pense que la très grande majorité des touristes sont respectueux, puis planifient leurs déplacements, a-t-il ajouté. C’est sûr qu’il y a des irréductibles, mais ces gens-là, il faut trouver des solutions pour eux, parce que c’est un mode de voyage qu’ils ont d’être un peu plus nomades que le reste de la clientèle. Je pense que c’est juste une opportunité de développer autre chose.»