/news/law

Oignons rouges américains contaminés: une Canadienne saisit la justice américaine

Agence QMI

Bloc justice

Photo d'archives, Fotolia

Une Albertaine, tombée malade au début du mois de juillet après avoir consommé des oignons rouges contaminés à la salmonellose, a décidé de saisir la justice américaine.

Après avoir consommé des oignons rouges dans un hamburger, Kendra Cooper d'Edmonton est tombée malade le 6 juillet dernier, a indiqué par communiqué le cabinet Marler Clark, précisant que c’est à cause de la Salmonella Newport.

William Marler, avocat spécialisé en matière de salubrité alimentaire, a déposé une poursuite contre le producteur Thomson International devant la Cour fédérale des États-Unis en Californie.

«Les informations recueillies [...] ont permis d'identifier Thomson International de Bakersfield, en Californie, comme un producteur probable des oignons rouges en cause, peut-on lire par communiqué. En raison de la façon dont les oignons sont cultivés et récoltés, d'autres types d'oignons, tels que les oignons blancs, jaunes ou jaunes sucrés, peuvent également être contaminés.»

Rappelons qu’Ottawa a lancé une mise en garde aux Canadiens, leur demandant d’éviter complètement les oignons rouges provenant des États-Unis, en raison d’une éclosion de cas de salmonellose.

En date de dimanche, 120 cas confirmés de maladie causée par la Salmonella Newport liés à cette épidémie ont été recensés dans les provinces suivantes: Colombie-Britannique (43), Alberta (56), Saskatchewan (4), Manitoba (13), Ontario (2), Québec (1) et Île-du-Prince-Édouard (1), a précisé le cabinet.

Selon Me Marler, c'est le second produit alimentaire élaboré aux États-Unis ayant rendu malades des Canadiens ainsi que des citoyens américains au cours des 30 derniers jours.

Il y a eu «d'abord l'épidémie de Cyclospora causée par des produits de Fresh Express [qui] a rendu malades 641 personnes aux États-Unis et 37 au Canada -- maintenant, c'est la salmonelle qui a rendu malades au moins 516 personnes aux États-Unis et au Canada», a-t-il précisé par communiqué.

«Les producteurs et les régulateurs américains doivent intensifier leur action, sinon les frontières se fermeront non seulement aux citoyens américains en raison de la COVID, mais aussi aux aliments produits aux États-Unis», a-t-il ajouté.