/news/culture

[PHOTOS] La tour du Stade olympique transformée en scène

Gabriel Beauchemin

Le sommet de la tour du Stade olympique s'est transformé, jeudi, en scène pour la toute première fois depuis sa construction en 1976, alors que l'artiste Miro y a présenté un spectacle filmé par un drone et webdiffusé en direct sur Facebook. 

Malgré les nombreux défis logistiques qu’un tel événement représentait, le chanteur québécois a été en mesure de livrer un spectacle hautement convaincant, sans anicroche. La performance, réglée au quart de tour, a duré un peu plus de 30 minutes. Les artistes Claudia Bouvette, Sarahmée et Franky Fade ont accompagné Miro pour l’occasion.

Au passage du 24 Heures, à peine une heure avant le début du concert, musiciens et techniciens étaient à pied d’œuvre pour faire de cette performance hors de l’ordinaire un succès. Instruments de musique, filage, système de son, consoles, caméras: tout était minutieusement installé sur le toit de la tour, situé à 165 mètres au-dessus du sol, de façon à assurer la sécurité des musiciens et la qualité audio et vidéo de l’événement.

Le spectacle n’a pas été amplifié pour les passants qui déambulaient autour du stade, mais a plutôt été diffusé en direct via de nombreuses pages Facebook, dont celles de l’artiste, de QUB musique et des Francos de Montréal. Il demeure possible de l’écouter en différé sur ces mêmes pages, notamment sur facebook.com/mirobelzilofficiel.

Quatre caméras ainsi qu’un drone assuraient des prises de vue à couper le souffle tout au long de la performance, accompagnant les rythmes dansants et accrocheurs de l’artiste: un sans-faute, tant sur le plan de l’audio que du visuel.

«Pour la première fois sur le top de la tour du stade olympique!» a lancé avec enthousiasme l’artiste, originaire de Granby, à peine quelques minutes après avoir commencé son spectacle.

Et malgré tout, on le sentait parfaitement à l’aise, confiant, alors qu’il présentait quelques-unes des pièces de son plus récent album intitulé En retard sur ma vie.

À la toute fin du concert, c’est plus de 20 000 personnes qui avaient regardé la vidéo sur l’une ou l’autre des pages Facebook qui la diffusaient. 

Revanche

Comme il s’agissait d’une performance musicale encore jamais réalisée auparavant, plusieurs facteurs restaient incertains, difficiles à contrôler, et auraient pu causer des problèmes le soir même de l’événement.

La météo a notamment forcé le report du spectacle, prévu initialement mardi soir, et la connexion internet représentait une source d’inquiétude pour les musiciens, la diffusion en direct reposant entièrement sur sa fiabilité. Des câbles ont ainsi été acheminés sur le toit pour l’occasion depuis les bureaux situés dans la tour.

«Je suis très confiant, indiquait avec aplomb Miro, à peine une heure avant le début de sa performance. Je me sens fébrile, je me sens très excité, surtout du fait qu’on n’a pas fait de show depuis tellement longtemps, on a été en flottement depuis tellement longtemps, à ne pas savoir ce qui allait se passer. Là, le fait de pouvoir concrétiser ça en ce moment sur le stade, c’est comme une revanche.»

En somme, un pari réussi pour l’artiste et une revanche livrée avec aplomb.