/regional/montreal/montreal

Une centaine de familles toujours sans logement à Montréal

TVA Nouvelles et Agence QMI

Plus d’un mois après le 1er juillet, date la plus occupée pour les déménagements, 161 familles cherchent actuellement un toit à Montréal.

• À lire aussi: La finance pour expliquer la crise du logement

• À lire aussi: Pénurie de logements locatifs : les pires chiffres depuis 2003

Ce nombre est cinq fois plus élevé qu’à pareille date l’an dernier, selon les informations de l’Office municipal d’habitation de Montréal (OMHM).

Actuellement, 56 ménages sont logés par la Ville, notamment dans des hôtels, tandis que les autres personnes sans logement résident chez de la famille ou des amis.

D'habitude, après le mois de juillet, les choses vont en s’améliorant pour les gens en recherche d’un logement, mais la situation est différente cette année.

Au cours des mois de juillet et d'août, le nombre de familles sans logement a continué d’augmenter.

«C’est du jamais vu pour le FRAPRU [...] L’année passée, après la mi-juillet, il y avait eu 9 demandes d’aide. Cette année, on était à plus de 90», lance Véronique Laflamme, porte-parole du Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU).

La pandémie de la COVID-19 joue notamment un rôle dans cette situation, puisque certains contrats de location avaient été prolongés au-delà du 1er juillet afin d’aider les locataires dans leurs recherches.

Plusieurs audiences à la Régie du logement ont également été reportées en raison du coronavirus, ce qui a compliqué les choses pour les familles en attente d’une décision.

Crise du logement

Le nombre élevé de personnes sans toit met en lumière l’ampleur de la crise du logement dans la métropole.

Cette année, plus de 600 familles ont dû demander de l’aide auprès de l’OMHM.

C’est d’ailleurs le cas d’Alexandre Paquette, qui réside depuis le 1er juillet dans une chambre d’hôtel fournie par l’OMHM à Montréal.

L’Office lui avait d’abord proposé deux appartements, mais ces derniers ne lui convenaient malheureusement pas. 

Ses troubles post-commotion cérébrale le rendent très sensible au son et à la lumière, ce qu'il avait spécifié à l'OMHM.

«J’attends cependant une réponse pour un appartement qui me conviendrait parfaitement», dit-il avec espoir.

M. Paquette est grandement reconnaissant auprès de l’OMHM de pouvoir avoir un logis temporaire actuellement, car sinon, la rue l’attendait.«Sans cette aide de l’OMHM pour l’hôtel, j’aurais eu nulle part», a-t-il spécifié.

- Avec la participation de Guillaume Cyr, 24 h