/news/coronavirus

Les Américains changent leur avis aux voyageurs, mais pas le Canada

Agence France-Presse

Le Canada n’a pas l’intention de changer ses conseils de voyages ni de rouvrir la frontière aux passages non essentiels d’Américains au pays à court terme, a-t-on fait savoir jeudi, après que le département d’État américain ait changé son avis aux voyageurs.

• À lire aussi: À Wall Street, le NASDAQ franchit la barre des 11 000 points

• À lire aussi: Près de 300 000 morts de la COVID-19 aux États-Unis d’ici décembre, selon des prévisions

Les États-Unis ont annoncé jeudi qu’ils levaient leur recommandation appelant les citoyens américains à éviter tout voyage à l'étranger en raison de la pandémie de COVID-19.

«Bien que certains pays ouvrent partiellement leurs frontières, le gouvernement du Canada continue de conseiller aux Canadiens d’éviter les voyages non essentiels à l’extérieur du Canada et d’éviter tout voyage à bord de navires de croisière jusqu’à nouvel ordre», a déclaré par courriel un porte-parole d’Affaires mondiales Canada, Jason Kung.

Une source gouvernementale canadienne a ensuite souligné que l’annonce des Américains n’avait aucun effet sur la fermeture de la frontière canado-américaine. En vertu d’une entente entre Ottawa et Washington, la frontière est fermée à tout passage non essentiel jusqu’au 21 août.

Le décret sur cette interdiction de voyages, mis en place en mars, a été renouvelé à plusieurs reprises et pourrait l’être encore.

Quant aux changements de l’avis aux voyageurs américains, il fait en sorte que les recommandations varient d’une destination à une autre plutôt que d’être faites unilatéralement.

La diplomatie américaine a, dans un communiqué, montré du doigt une amélioration de la situation sanitaire dans certains pays.

«Les conditions de santé et de sécurité s'améliorant dans certains pays et se détériorant potentiellement dans d'autres», le département d'État américain a indiqué revenir à son système précédent de conseils aux voyageurs basés sur les risques présentés par chaque pays.

«Nous continuons à recommander aux citoyens américains de se montrer extrêmement prudents lorsqu'ils se rendent à l'étranger en raison de la nature imprévisible de la pandémie», a-t-on toutefois rappelé.

Cette annonce survient alors que le président Donald Trump cherche à remettre au plus vite son pays sur les rails à l'approche de l'élection présidentielle du 3 novembre.

Le NPD s’est dit d’accord avec la décision du gouvernement Trudeau de ne pas emboîter le pas aux États-Unis pour le moment.

«Le Canada a obtenu les meilleurs résultats lorsque nous agissons avec prudence et respectons les meilleures données scientifiques disponibles. Malheureusement, les États-Unis n'ont pas suivi ces principes avec autant de rigueur. Leur action aujourd'hui doit être évaluée dans ce contexte», a commenté Don Davies, porte-parole du parti en matière de Santé.

- Avec l'Agence France-Presse