/regional/quebec/quebec

CHU de Québec: une hausse de 8% des embauches malgré la COVID

Martin Lavoie | Le Journal de Québec

PHOTO COURTOISIE / Caporal Genevieve Beaulieu / FORCES ARMÉES CANADIENNES

Alors que le domaine de la santé traverse une période difficile en raison de la pandémie de COVID-19 et de la pénurie de main-d’œuvre chronique dans ce secteur, le Centre hospitalier universitaire (CHU) de Québec-Université Laval a tiré son épingle du jeu en haussant de 8% son recrutement au cours de la dernière année. 

Lors de l’exercice 2018-2019, le CHU de Québec avait embauché un total de 1687 nouvelles personnes. Pour 2019-2020, il y a eu 131 recrues supplémentaires, soit 1818. En tout, environ 15 000 personnes travaillent dans l’organisation.

«Nous avons embauché dans tous les types de métiers, mais l’augmentation est notable pour notre personnel [soignant] sur le plancher», a expliqué Marie-Josée Bernier, chef de service du recrutement au CHU.

Elle estime que le recrutement a dépassé largement le nombre de départs au cours de la dernière année. «Je n’ai pas le pourcentage, mais nous avons surtout ajouté du personnel pour prêter main-forte à nos équipes sur le terrain.»

La clé

«L’effort a été soutenu tout au long de l’année, ajoute-t-elle. Et quand est arrivée la COVID, nous n’avons pas ralenti. Nous sommes allés rapidement en mode virtuel. Nous avons développé des entrevues de groupe.»

Après une première entrevue virtuelle individuelle, dans certains corps de métiers, les candidats ont été convoqués par l’intermédiaire d’une plateforme permettant la visioconférence en groupe.

«Ça permet notamment de faire émerger les personnalités», a précisé Lindsay Jacques, conseillère en communication au CHU.

Mme Bernier n’est pas en mesure de préciser si la pandémie a eu un impact sur le recrutement, mais la stratégie a été de l’utiliser à leur avantage.

«Nous avons dit [aux candidats] qu’ils avaient la possibilité de faire la différence. Et que, dans le réseau de la santé, les gens ont gardé leur emploi pendant la crise. Ça peut être attractif.»

Encore de la place

Malgré ces 1800 nouveaux employés, le CHU n’a toujours pas comblé tous ses besoins.

«Le recrutement de personnel est continu. Nous avons plein d’emplois affichés et nous redoublons d’ardeur pour continuer à embaucher des gens. Toute personne compétente peut être embauchée au CHU de Québec», avance Mme Bernier.

«Pour faire tourner un hôpital, ça prend tellement de corps de métiers. On cherche des gens en informatique, des agents administratifs, des plombiers, des ingénieurs, des préposés à l’entretien ménager, des gens dans les cuisines», insiste Lindsay Jacques.

«Un centre hospitalier, c’est comme une ville. On cherche vraiment dans une grande panoplie de types d’emplois. Certains ne demandent pas d’études particulières en santé comme, par exemple, des assistants techniques en soins», renchérit Mme Bernier.

«Ce succès, c’est de n’avoir jamais baissé les bras et d’avoir continué le recrutement avec ardeur, et on va continuer à le faire au cours de la prochaine année», conclut Mme Bernier.

Le CHU de Québec-Université Laval regroupe cinq hôpitaux; le CHUL, l’Enfant-Jésus, Saint-Sacrement, Saint-François d’Assise et l’Hôtel-Dieu, ainsi qu’un centre administratif et un centre de distribution.