/finance/homepage

Dessertes aériennes régionales: un nouveau plan d’affaires réclamé

Agence QMI

La communauté d’affaires du Québec et les élus municipaux proposent au gouvernement un nouveau modèle d’affaires pour assurer les dessertes aériennes régionales, délaissées en juin dernier par Air Canada.

• À LIRE ÉGALEMENT: Transat bonifiera son offre cet hiver

• À LIRE ÉGALEMENT: Gilles Duceppe irrité par les services d'Air Canada

L’Alliance de l’industrie touristique du Québec (AITQ), le Conseil du patronat du Québec (CPQ), la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et l’Union des municipalités du Québec (UMQ) disent avoir proposé vendredi au ministre des Transports, François Bonnardel, un nouveau modèle d’exploitation pour ces lignes aériennes.

«Dans leur mémoire, les quatre organisations démontrent que le système actuel ne fonctionne pas et comporte plusieurs lacunes empêchant présentement les transporteurs de détenir un volume suffisant dans leurs avions et les passagers d’avoir des billets à prix compétitifs», est-il évoqué dans un communiqué envoyé après le dépôt de leur mémoire.

Pour pallier ces problèmes, la coalition plaide entre autres pour que les licences d’exploitation de ces liaisons soient attribuées à la suite d’un processus d’appel d’offres public, comme aux États-Unis et en Australie-Occidentale.

Pour que le futur exploitant s’en tienne à des tarifs compétitifs et à une offre satisfaisante, les quatre organisations veulent créer une régie, un organisme de gestion ou une coopération en parallèle.

Cette structure disposerait d’un conseil d’administration où siégeraient des élus municipaux, de membres de l’industrie ainsi que d’experts sectoriels qui auraient la tâche de contrôler le transporteur aérien.

«L’organisme serait responsable notamment de la gestion de l’offre des dessertes régionales (par attribution), de la négociation et de la coordination de la connectivité avec les transporteurs nationaux, de la gestion des réservations, des tarifs, des horaires, des fréquences et de la perception des revenus passagers ainsi que de la coordination des éléments de marketing», a-t-on précisé.