/news/coronavirus

France: masque à tout prix, malgré la canicule

Agence France-Presse

Olivier Véran, ministre français de la Santé, en juillet 2020

AFP

Olivier Véran, ministre français de la Santé, en juillet 2020

Le ministre français de la Santé Olivier Véran a appelé à continuer de respecter les gestes sanitaires contre le coronavirus, et ce malgré la canicule qui s'abat sur le pays, rendant notamment le port du masque pénible.

• À LIRE ÉGALEMENT: Formes graves de COVID-19 : une protéine en cause?

• À LIRE ÉGALEMENT: Deux écoles ferment en Allemagne quelques jours après la rentrée

«La France tient bon, les Français doivent tenir bon», a indiqué le ministre en réponse à une question sur la difficulté, pour des entreprises notamment, de faire respecter les mesures sanitaires, port du masque en particulier, en pleine chaleur.

«Le risque suspecté de transmission aérosol (...) justifie de prendre tous les moyens possibles pour lutter contre le virus», a-t-il dit, en référence au port du masque.

Celui-ci, obligatoire en France dans les lieux publics clos est désormais également imposé dans des dizaines de villes de France en extérieur.

Il sera par exemple obligatoire dans les zones les plus fréquentées de Marseille, deuxième ville du pays, à partir de samedi et l'est depuis vendredi sur la dune du Pilat, plus haute dune de sable d'Europe (102,5 mètres) et gravie par deux millions de visiteurs chaque année.

M. Véran se déplaçait dans une maison de retraite du sud-ouest de la France où des températures supérieures à 42 degrés sont attendues dans la journée.

La vague de chaleur qui frappe quasiment tout le pays devrait durer jusqu'au milieu de la semaine prochaine.

Le nombre de personnes diagnostiquées positives en France est en hausse (+30%) avec plus de 1500 cas par jours.

«Nous allons dépasser les 600.000 tests par semaine. Chaque semaine, nous réalisons 100 000 tests de plus que la semaine précédente. Mais cela ne suffit pas à expliquer pourquoi les chiffres augmentent», a reconnu Olivier Véran.

Le nombre de patients en réanimation s'élevait jeudi à 390 et oscille entre hausse et baisse ces derniers jours, bien loin toutefois des 7000 cas graves enregistrés au pic de l'épidémie en avril.

Jeudi, la France a été placée en «zone rouge» par la Norvège. Les voyageurs arrivant de France dans le pays scandinave seront soumis à une quarantaine obligatoire de dix jours.