/regional/montreal/montreal

Groupe ABP : le futur de l’événementiel

Anne-Lovely Etienne

ANNE-LOVELY ETIENNE/24 HEURES/AGENCE QMI

La crise de la COVID-19 a poussé l’entreprise montréalaise Groupe ABP, spécialisée en location de mobilier haut de gamme pour les événements, à user de créativité pour répondre aux nouveaux besoins du monde de l'événementiel. 

Constatant l’annulation des divers événements prévus à son agenda, comme C2 Montréal, le Grand Prix de Montréal ou encore des festivals, le groupe s’est retourné rapidement vers la production de produits de sécurité.

«Avec la crise, on s’est lancé dans les produits sanitaires. On a commencé à fabriquer des écrans de plexiglas pour respecter la distanciation sociale. On a utilisé de vieilles nappes pour faire des masques aussi», explique Stéphane Morin, copropriétaire et VP exécutif du groupe, qui a réussi à sauver plus du tiers des emplois de sa compagnie.

L'entreprise a aussi eu l’idée de confectionner pour ses clients une borne automatique qui distribue une solution hydroalcoolique. Faite entièrement à Montréal, elle peut prendre jusqu’à quatre semaines à fabriquer.

«Cette borne peut être à 100% personnalisée et c’est ce qui fait la différence. On la fabrique entièrement ici en atelier et elle est dotée d’un œil magique, dont le mécanisme a aussi été fabriqué ici. C’est aussi économique, parce que la machine distribue la bonne quantité de désinfectant sur les mains. C’est mieux que d’avoir trop de gel gluant», ajoute Audrey Levy, VP des ventes et développement des affaires.

ANNE-LOVELY ETIENNE/24 HEURES/AGENCE QMI

Événements hybrides 

Selon M. Morin, l’industrie de l’événementiel n’est pas portée à disparaître, mais elle changera beaucoup.

«L’événementiel va revenir différemment. Les événements vont devenir hybrides: une partie en ligne, avec une présence virtuelle, mais aussi un événement avec les gens, car le monde a besoin de contacts. C’est impossible de dire que tous les événements seront virtuels», croit-il.

Mme Levy aborde en ce sens.

«La semaine dernière, on a organisé l’événement Startupfest dans le Vieux-Montréal. Il y avait une zone de 50 personnes sur place, mais 3000 personnes en mode remote [NDLR : à distance] en ligne. Il y a vraiment un marché pour ça. Pour nous, le futur de l’événement, c’est d’adapter notre offre à la nouvelle réalité», conclut-elle.