/regional/quebec/quebec

La communauté libanaise de Québec se rassemble

Jérémy Bernier | Journal de Québec

Guy Martel/Agence QMI

Plus d’une centaine de personnes se sont rassemblées devant le Parlement de Québec lors d’une vigie silencieuse en soutien aux Libanais qui ont tout perdu dans une explosion, mardi, à Beyrouth.

• À lire aussi: Explosions de Beyrouth: «négligence» ou «missile»

• À lire aussi: Washington envoie 15 millions $ de nourriture et médicaments au Liban

• À lire aussi: Les agences de l'ONU lancent un appel urgent aux dons

«Des vies perdues, des gens sans abris, des blessés à n’en plus finir... Aujourd’hui, on est venu ici pour montrer aux Libanais qu’on est solidaire avec eux», explique Jacques Fadous, l’un organisateur de l’événement. 

Guy Martel/Agence QMI

Lampions, drapeaux aux couleurs du Liban, pancartes et chants originaires du pays étaient à l’honneur en cette soirée qui se voulait un être une tape dans le dos virtuelle.  

Rappelons que 2750 tonnes de nitrate d’ammonium ont explosé au port de Beyrouth, causant des dommages sur près de 10 kilomètres et faisant plus de 135 morts et 5000 blessés. 

Guy Martel/Agence QMI

«La déflagration, elle s’est fait sentir jusqu’ici, au Québec», image M. Fadous, faisant référence à la douleur partagée à travers toute la communauté libanaise. 

Triste réalité 

Cette douleur, certains la ressentent plus vivement que d’autres. C’est le cas de Ramia Adra, résidente du Québec d’origine libanaise qui a encore de la famille là-bas. 

Guy Martel/Agence QMI

«Ma sœur habite à Beyrouth, à moins de 5 kilomètres du port. Juste avant l’explosion, elle a senti que quelque chose n’allait pas. Elle a pris ses enfants et s’est réfugiée sous la table de la cuisine», raconte, émue, Mme Adra, rencontrée hier devant le Parlement de Québec. 

Guy Martel/Agence QMI

Triste exemple de la réalité que vivent les Libanais au quotidien, c’est pourtant cette «habitude de se cacher quand il y a des bombardements» qui leur a probablement évité le pire, estime la jeune femme. 

Guy Martel/Agence QMI

Quelques instants plus tard, la façade et les vitres de la maison volaient en éclats. 

«Plus d’espoir»  

Leur pays natal étant confronté à des problèmes internes depuis des décennies, plusieurs Libanais qui ont émigré au Québec n’en peuvent plus de voir leur patrie souffrir. 

Guy Martel/Agence QMI

«C’est terrible ce qu’il se passe là-bas. À chaque fois qu’on a l’impression qu’on va s’en sortir, il y a un événement du genre qui se produit. On n’a plus d’espoir», s’attriste Samer Adra. 

«Ce n’est qu’une couche de problème de plus qui s’ajoute. C’est triste, mais c’est comme la cerise sur le gâteau», déplore de son côté Tony Bouhaidar.

Guy Martel/Agence QMI

 D’ailleurs, les organisateurs de la veillée ont tenu à rappeler aux supporteurs de la cause de donner généreusement, mais pas au gouvernement libanais, pour éviter que «l’argent ne se perde». 

Guy Martel/Agence QMI